L'innommé : portrait d'un voleur

par Myriam Congoste

Thèse de doctorat en Ethnologie. Anthropologie sociale et culturelle

Sous la direction de Bernard Traimond.

Soutenue en 2007

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    Ecrite sur un mode narratif, cette thèse adopte une approche microscopique en se concentrant sur un personnage, Youchka, un voleur de voitures, principalement. Se réclamant d'une anthropologie réflexive, elle relate les trois temps d'une enquête au cours desquels l'ethnographe renonce à sa première conception du voleur (associal, inadapté, violent et cupide), pour entrer dans l'univers du vol et se montrer apte à recevoir sa version des faits. Au fil de ces intéractions où le voleur se dévoile et où l'anthropologue se met à l'écoute, se dégage le sens de l'acte de vol: le voleur ne volerait pas pour être riche mais pour être libre "d'être". Enonçant dans un premier temps les obstacles à dépasser pour entrer en relation avec un voleur, la narration éclaire ensuite sa double contrainte, son rapport au monde déterminé par une assignation à la discrétion à perpétuité et l'obéissance aux règles d'un monde en marge. Ce regard anthropologique lève le voile sur un être épris de liberté qui trouve dans les pratiques illégales la possibilité de se venger de ce qu'il estime être de l'injustice sociale et l'espoir d'acquérir un mode d'existence en adéquation avec l'idée qu'il se fait du bonheur. Nul ne saurait mieux qu'un voleur parler de l'acte de vol qu'il commet. Telle pourrait être la conclusion de cette thèse qui, en donnant la parole à un personnage victime de préjugés, bien plus imaginé que connu, offre un éclairage sur l'altérité.

  • Titre traduit

    The unnamed : portrait of a thief


  • Résumé

    Focusing on the character of Youchka, a car thief, this thesis written in the narrative mode has adopted a microscopic approach. Drawing from reflexive anthropology, it records the three stages of an investigation in which course the ethnographer abandoned her original conception of the thief (as an anti-social, misfit, violent and cupid being) in order to enter the thief world and be able to collect his own interpretations. All along this process of interactions, where the thief reveals himself and the anthropologist becomes receptive, eventually emerges the significance of robbing: the thief doesn't rob in order to get rich but rather as a way of being free to exist. After detailing the obstacles that needed to be overcome so as to establish a relationship with a thief, the narrative highlights the double constraint: relations with society determined by perpetual secrecy and invisibility; and subjection to the rules of a marginal world. The anthropological approach reveals a character in love with freedom who indulges in illegal practices out of revenge for what he holds as social injustice, with the hope of gaining a made of existence in adequacy with his own idea of happiness. No one else but a thief can talk better about theft. This could be the conclusion of the thesis which, by letting such a character speak, a victim of prejudice more fantasized than known, sheds a light on otherness.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (410 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 396-405

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences de l'homme.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : VTA 2007/1

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.