Les églises romanes du XIIe siècle en Franche-Comté

par Géraldine Mélot

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Philippe Plagnieux.


  • Résumé

    Cette étude recense les églises romanes du XIIe siècle en Franche-Comté, région dont les frontières actuelles correspondent sensiblement aux limites de l'ancien comté de Bourgogne et à celles du diocèse de cette époque. Sur les 51 édifices inventoriés beaucoup sont partiellement conservés et une étude monographique rédigée sous forme de notice a été consacrée à 25 églises en raison de leur état de conservation. Les notices comportent une courte étude historique, une critique d'authenticité et une brève analyse architecturale visant à signaler les principales spécificités du bâtiment. Ce travail monographique constitue l'essentiel de cette recherche et une base de travail préalable à une synthèse. Celle-ci a été conçue selon trois axes : la construction, les formes architecturales et le décor. L'étude de la construction montre un regain d'intérêt pour les techniques antiques : l'usage précoce de la bretture est le plus notable. Les constructeurs comtois ont aussi cherché à élever des parements aussi lisses que possible, à l'instar des bâtiments antiques. L'intérêt pour la stéréotomie prend toute sa place dans cette architecture où les surfaces murales sont importantes. Or ces églises comtoises sont essentiellement caractérisées par des nefs sombres aux murs inarticulés tant à l'intérieur qu'à l'extérieur et, surtout, elles sont charpentées. Les édifices sont modestes et austères et les références au passé sont nombreuses. L'étude de l'architecture montre que les constructeurs ont fait appel à des sources diverses puisées dans l'Antiquité tardive (supports simples, nefs à files de colonnes, murs inarticulés, absides à pans coupés), carolingienne (piliers quadrangulaires, transepts bas) ou ottonienne (alternance des supports). Ils ont également intégré des éléments propres à l'architecture cistercienne tels que les culots ou les chevets plats. Le décor intervient avec retenue, en adéquation avec l'architecture. La sculpture comtoise est caractérisée par l'emploi de chapiteaux cubiques, ornementaux et végétaux dont la plupart renvoient à des origines carolingiennes ou au XIe siècle. Mais on trouve aussi des formes cisterciennes de chapiteaux à feuilles lisses. Les églises comtoises du XIIe siècle reflètent, comme nulle part ailleurs, le retour à la vita apostolica prôné par la réforme grégorienne

  • Titre traduit

    Roman churches of the XIIth century in Franche‐Comté


  • Résumé

    This research takes inventory of the roman churches of the XIIth century in Franche-Comté, region where present boundaries appreciably match with the former comté de Bourgogne and the diocese's borders. Among 51 buildings, numerous are partially conserved and, because of their preservation, 25 of them have been studied in monographic reports. Reports contain a concise historical study, a critic of authenticity and a short architectural analysis in order to highlight the main specificity of each building. This monographic step constitutes the heart of the research, and is a preliminary effort before a synthesis work. Synthesis has been thought in accordance with three key points: building, architectural shape and decor. The study of the building underlines a revival of interest for antique techniques: the precocious use of the notching is the more remarkable, and siding materials are as slick as possible. Interest for stereotomy justifies itself in this architecture when mural area is important. And theses churches are mainly characteristic because of their dark naves with inarticulate walls as much inside as outside, and, above all, they have a frame. Buildings are simple and austere with many citations of the past. The architectural study shows that builders used various source of inspiration from Late Antiquity (simple bearing supports, naves with row of columns, inarticulate walls, cant wall apses), Carolingian period (quadrangular pillars, low transept) or Ottonian period (alternation of bearing supports). They also integrated genuine Cistercian elements as bases and flat end. Decor is restraint, in adequacy with architecture. The comtoise sculpture is characterized by cushion capitals, ornamental and plant-decor capitals who reflect for the most of them their Carolingian origins or to the XIth century. But there are Cistercian capital shapes with slick leaf. Roman churches of the XIIth century in Franche-Comté reflect, as nowhere else, the return to the vita apostolica extolled by the Gregorian reformation

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (638 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 255-290

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2007.1029.1
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2007.1029.2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4067
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.