Implication du canal BK dans l'effet des oestrogènes et du tamoxifène sur la prolifération des cellules cancéreuses mammaires humaines

par Guyllaume Coiret

Thèse de doctorat en Sciences et santé. Physiopathologie humaine

Sous la direction de Fabrice Matifat et de Halima Ouadid-Ahidouch.

Soutenue en 2007

à Amiens .


  • Résumé

    Le cancer du sein est la néoplasie la plus fréquente chez la femme et représente un problème majeur de santé publique. La cancérogenèse mammaire implique clairement les œstrogènes dont l’action repose sur l’activation de deux voies de signalisation : une voie « génomique » régulant l’expression de gènes cibles et une voie « alternative » mise en place rapidement et indépendamment d’une activité transcriptionnelle. Au vu de l’œstrogèno-dépendance du cancer du sein, les principaux traitements visent à antagoniser l’action de ces hormones grâce à des composés anti-œstrogèniques tel que le tamoxifène. Par ailleurs, il a été montré que la prolifération et l’apoptose des cellules cancéreuses mammaires sont régulées par des canaux potassiques. Le but de ma thèse a été d’étudier la régulation des canaux potassiques par les œstrogènes et les anti-œstrogènes et de déterminer si cette régulation pouvait être impliquée dans les effets de ces facteurs sur la croissance des cellules cancéreuses mammaires humaines. Nos résultats montrent que de faibles doses de 17 ß œstradiol et de tamoxifène activent le canal potassique de grande conductance (BK) dans les cellules cancéreuses mammaires humaines de la lignée MCF-7 et que cet effet est impliqué dans l’augmentation de leur prolifération. De plus, nous avons montré que les sous unités ß1 et ß4 des canaux BK semblent être impliquées dans leur modulation par ces facteurs. Par ailleurs, nous avons mis en évidence que de fortes doses de tamoxifène diminuent la croissance de ces cellules et modulent de manière bimodale un canal potassique voltage- et calcium-dépendant. Nous proposons que l’activation du canal BK par le 17 ß œstradiol permettrait d’accentuer l’hyperpolarisation membranaire liée à la progression des cellules cancéreuses mammaires dans le cycle cellulaire. En conclusion, nos résultats nous permettent de proposer que les effets des œstrogènes et du tamoxifène sur le canal BK devraient être pris en compte dans la mise au point de traitements plus efficaces du cancer du sein.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Involvement of BK channel in the effect of estrogens and tamoxifen on human breast cancer cells' proliferation


  • Résumé

    Breast cancer is the main women neoplasia and constitutes a major problem of public health. Breast carcinogenesis clearly implies estrogens, whose action belongs to the activation of two signalling pathways: a “genomic” pathway that regulates the expression of target genes and an “alternative” pathway which takes place rapidly and independently of a transcriptional activity. In the view of the estrogens’ dependence of breast cancer, the main treatments consist to antagonize these hormones’ action by the use of anti-estrogenic compounds such as tamoxifen. Moreover, it was shown that proliferation and apoptosis of breast carcinoma mammary cells are regulated by potassium channels. The goal of my thesis was to study the potassium channels’ regulation by estrogens and anti-estrogenic compounds and to determine if this regulation could participate to the effects of these factors on the growth of human breast cancer cells. Our results show that low doses of 17 ß estradiol and tamoxifen activate the high conductance potassium channel (BK) in human breast cancer cells of the MCF-7 line and that this effect is implied in the increase of their proliferation. Furthermore, we have shown that ß1 and ß4 subunits of BK channels seem to be implied in their regulation by these factors. We also show that high doses of tamoxifen decrease the growth of these cells and modulate in a biphasic fashion a voltage and calcium-dependent potassium channel. We suggest that BK channel activation by 17 ß estradiol should promote the membrane hyperpolarization which is linked to the progression of breast cancer cells into the cell cycle. To conclude, our results permit us to propose that estrogens and tamoxifen effects on the BK channel should be taken into consideration in the development of more efficient breast cancer treatments.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (169 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 133-169

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Bibliothèque universitaire. Pôle Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : WP 800 COI
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.