Résistance à la Bacitracine chez Bacillus subtilis

par Rémi Pierre Bernard

Thèse de doctorat en Microbiologie et biotechnologies

Sous la direction de François Denizot.


  • Résumé

    L’enveloppe bactérienne est une cible majeure d’un grand nombre d’antibiotiques naturels. Certains provoquent d’importantes perturbations de la membrane cytoplasmique, d’autres ciblent spécifiquement les différentes étapes enzymatiques de la voie de biosynthèse du peptidoglycane, constituant majeur de la paroi. Pour contrer l’action de ces antibiotiques, les bactéries ont développé divers systèmes de résistance leur conférant un avantage sélectif dans leur niche écologique. Le rejet de l’antibiotique est un des principaux mécanismes de résistance rencontré chez les bactéries. Il implique parfois des transporteurs membranaires de type ABC (pour ATP Binding Cassette) pouvant hydrolyser l’ATP pour exporter ou importer un allocrite. Les bactéries possèdent également divers systèmes leur permettant, d’une part, de détecter un signal environnemental (antibiotique ou stress de la paroi qu’il engendre), et, d’autre part, d’assurer la transduction du signal qui aboutit à une réponse adaptée. Deux types de systèmes sont impliqués dans les réponses aux stress de la paroi : les phosphorelais et les facteurs sigma à fonction extracytoplasmique. Le groupe des Firmicutes, dont la bactérie modèle est Bacillus subtilis, est un groupe ubiquitaire producteur d’antibiotiques et contenant de nombreux organismes pathogènes. Les analyses effectuées au laboratoire ont permis d’identifier chez les Firmicutes des systèmes associant un phosphorelais et un transporteur ABC. Dans chacun des cas, les gènes codant les différents partenaires du système sont à proximité sur le chromosome et le phosphorelais régule l’expression des gènes codant le transporteur ABC. On trouve trois de ces systèmes chez B. Subtilis nommés BceRSAB (anciennement YtsABCD), YvcPQRS et YxdJKLM. L’objectif de notre étude était de tester l’hypothèse selon laquelle ces systèmes pouvaient être impliqués dans la résistance aux antibiotiques ciblant l’enveloppe bactérienne. La bacitracine est un antibiotique qui se complexe à l’undécaprényl pyrophosphate (UPP) et inhibe la dernière étape de la biosynthèse du peptidoglycane : la régénération de l’undécaprényl phosphate (UP). Nos résultats indiquent que le système BceRSAB est le composant majeur de la résistance à la bacitracine chez B. Subtilis. L’expression de l’opéron bceAB est activée, en présence de bacitracine, par le phosphorelais BceRS. Nous avons également identifié une protéine, nommée BcrC, qui participe à la résistance à la bacitracine chez B. Subtilis. Nous avons démontré que cette dernière est une UPP phosphatase impliquée dans la régénération de l’UP et s’oppose ainsi à l’action de la bacitracine. L’expression du gène bcrC ne dépend pas du phosphorelais BceRS mais de trois facteurs sigma à fonction extracytoplasmique. En conclusion, B. Subtilis possède deux types de systèmes de résistance à la bacitracine indépendants et complémentaires. Nous avons par la suite analysé le mécanisme de régulation de l’induction du système BceRSAB par la bacitracine. Nos résultats sont surprenants et montrent clairement que le transporteur ABC BceAB participe à l’activation de l’expression de ses propres gènes de structure avec le phosphorelais BceRS. De plus, lorsque le pool cellulaire d’UPP diminue (lorsque la phosphatase BcrC est surproduite), et en présence de bacitracine, l’expression du gène bceA diminue également. Ceci montre que l’UPP participe, avec la bacitracine, au stimulus du système BceRSAB. Notre hypothèse de travail est que le transporteur ABC, prédit comme étant un exporteur, prend en charge le complexe UPP/bacitracine et agit comme une flippase pour créer une dissymétrie membranaire ressentie par le senseur BceS. Il n’est pas exclu, qu’en présence de bacitracine, le transporteur BceAB puisse interagir avec le senseur BceS pour permettre l’activation du système. La majeure partie des bactéries du groupe des Firmicutes possède, d’une part, des protéines similaires à BcrC, et, d’autre part, des systèmes similaires au système BceRSAB. Toutes les protéines « BcrClike » ont un motif caractéristique permettant de les classer dans la famille des phosphatases de type PAP2. Il est tentant de penser qu’elles sont toutes des UPP phosphatases assurant une des étapes clés de la synthèse du peptidoglycane. Par ailleurs, les deux autres systèmes « Bce-like » de B. Subtilis, YvcPQRS et YxdJKLM, sont également activés en présence d’antibiotiques ciblant l’enveloppe bactérienne et nous savons que le transporteur ABC YvcRS est aussi impliqué dans le mécanisme de régulation. Nous proposons donc que les systèmes « Bce-like » des Firmicutes sont tous des systèmes de détoxification dirigés contre des antibiotiques ciblant l’enveloppe bactérienne.

  • Titre traduit

    Bacitracin resistance in Bacillus subtilis


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (129 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : p.105-129

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Aix-Marseille (Marseille. Luminy). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 45114
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.