Anthropologie des états de santé : l'obésité, biométrie et perceptions

par Hanène Samouda

Thèse de doctorat en Anthropologie biologique

Sous la direction de Gilles Boetsch et de Frédéric Dadoun.

Soutenue en 2007

à Aix-Marseille 2 , en partenariat avec Université d'Aix-Marseille II. Faculté de médecine (1970-2011) (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'obésité constitue l'une des expressions, parfois extrême, de la variabilité de la corpulence humaine. Son étude est devefnue un champ d'investigation majeur de l'anthropologie moderne, en raison de l'augmentation séculaire de sa fréquence qui revêt à l'échelle mondiale un caractère quasi épidémique. L'étude de ce phénomène sans précédent dans l'histoire de l'humanité recouvre de multiples dimensions : description de ses covariants temporels, géographiques, sociaux et culturels, identification de ses déterminants potentiels, ou de ses multiples conséquences chez les individus et les groupes humains, ou encore analyse de l'évolution de sa perception et de sa représentation, dont nous rapportons les grandes lignes dans l'introduction de ce travail. Les études, pour leur majorité, utilisent pour décrire la variabilité de la corpulence et de la morphologie individuelle l'indice de masse corporelle (IMC), qui sert de définition de l'obésité et du surpoids, et parfois quelques autres mesures anthropométriques, telles que le tour de taille ou l'épaisseur des plis cutanés. Cette évaluation "grossière" ne permet pas d'apprécier la variabilité de la composition corporelle humaine, en particulier en terme de masse grasse corporelle ou quantité de tissu adipeux, ou encore en matière de répartition de ce tissu dans le corps, en particulier autour des viscères. Ces deux éléments de la variabilité corporelle sont pourtant essentiels, en particulier pour appréhender les relations entre corpulence et état de santé. Le développement des techniques d'imagerie biomédicale, absorptiométie biophotonique (DEXA) , tomodensitométrie (TDM), a permis d'obtenir des mesures précises de la masse grasse corporelle totale (MG) et du tissu adipeux viscéral (graisse viscérale, GV), mais l'utilisation de ces outils reste limitée aux milieux très médicalisés. La première partie de ce travail, a eu pour objectif d'utiliser ces outils d'imagerie médicale pour mettre au point des méthodes anthropométriques simples, comportant un nombre très limité de mesures, utilisables facilement en dehors d'un environnement médicalisé, pour évaluer à la fois la masse grasse corporelle totale et la graisse viscérale, de façon plus précise et reproductible que les méthodes anthropométriques, voire biomédicales, couramment utilisées ou plus récemment proposées. Un échantillon de 165 femmes et de 108 hommes de la population méditerranéenne de Marseille, d'âges et de corpulence très variables, ont bénéficié pour raison médicale de mesures de référence de MG et de GV par DEXA et TDM, et dans le cadre de ce travail de 31 mesures anthropométriques. En se basant sur des méthodes de régression, nous avons défini des modèles de prédiction de MG et GV comportant uniquement deux mêmes mesures anthropométriques, reproductibles et de réalisation facile : le tour de taille naturelle et le tour de cuisse proximal. Les estimations de MG et GV à l'aide de ces modèles sont très bien corrélées aux mesures de référence (R² de 0,97 chez la femme, 4,55 chez l'homme) est largement supérieure à celle obtenue en utilisant l'IMC ou les formules de Siri, et comparable voire supérieure à celle d'impédancemètres bioélectriques automatisés (Tanita® TBF 521 et Omron® BF 302). Ces modèles de prédiction de MG nous paraissent utilisables pour une estimation de MG chez les sujets méditerranéens adultes de tout âge et des deux sexes, aussi bien pour des études de populations, qu'à l'échelle individuelle. La précision de l'estimation de GV obtenue avec nos modèles anthropométriques (ET : 36,88 cm² chez la femme, 47,73 cm² chez l'homme) est supérieure à celle de modèles anthropométriques proposés antérieurement, et également à celle de modèles utilisant des mesures de composition corporelle par DEXA). Leur précision paraît suffisante pour proposer leur utilisation pour l'évaluation de GV dans des études de populations, mais reste insuffisante pour une estimation individuelle dans un cadre médical diagnostique. L'objectif de la deuxième partie de notre travail, était de déterminer si le niveau de connaissance des risques et conséquences de l'obésité et l'obésité viscérale sur la santé est influencé par le degré individuel de corpulence et par la composition corporelle des individus (MG et GV). Un échantillon de 126 femmes et de 154 hommes de la population méditerranéenne de Marseille, d'âges et d'adiposités très variables, a été soumis à un questionnaire d'évaluation des connaissances, à un recueil de données socioculturelles, et à des mesures anthropométriques pour déterminer l'IMC et estimer MG et GV pour nos modèles anthropométriques. Le niveau de connaissance sur les risques et conséquences de l'obésité s'est avéré très élevé, tandis qu'au contraire le niveau de connaissance sur les risques et conséquences de l'obésité viscérale s'est avéré très faible. La faible variabilité des niveaux de connaissance dans la population questionnée ne nous a malheureusement pas permis d'étudier l'influence de la corpulence et de la composition corporelle individuelle sur le niveau de connaissance, ni celle d'autres variables socioculturelles.

  • Titre traduit

    Achievement and evaluation of a real time surveillance system within the armed forces on duty areas


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (472 -XXIII p.)
  • Annexes : Bibliogr., p. 425-472. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Timone). Service commun de la documentation. Bibliothèque de médecine - odontologie.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.