L' action fiscale au Moyen-Congo, 1920-1956

par Jérôme Thierry Manfoumbi-Mikala

Thèse de doctorat en Espaces, cultures, sociétés. Histoire

Sous la direction de Colette Dubois.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Depuis l'article 33 de la loi des finances du 13 avril 1900 sur l'autonomie financière des colonies françaises, le Moyen-Congo subvenait à ses dépenses par ses recettes propres. L'argent nécessaire au fonctionnement de l'administration coloniale venait en grande partie de la fiscalité notamment de la capitation. Tout au long de la période 1920-1956, l'action fiscale au Moyen-Congo fut différemment menée. On passa d'une forte pression fiscale de 1920 à 1935, à une politique d'allègement des impôts effective dès 1937, avant que la Seconde Guerre mondiale ne poussât au relèvement de la fiscalité entre 1940 et 1945. Entre-temps, les autochtones entraient dans le jeu de l'action fiscale. Ils y étaient déjà impliqués par le rôle des chefs autochtones dans la levée de l'impôt. Mais ce furent par le biais des conseils de notables dès 1937, et de l'Assemblée représentative dès 1947, que les Africains du Moyen-Congo entrèrent dans le jeu fiscal pour délibérer de l'impôt. Les élus Congolais pouvaient dès lors exprimer, dès 1949, leur désir de supprimer la capitation, avant que l'impératif du développement des campagnes ne les poussât, malgré l'aide du Fides, à inventer la "taxe régionale" en 1954.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (408 f.)
  • Annexes : Bibliogr. ff. 302-356

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.