Le fonctionnement des groupes chez les grands herbivores sauvages : mécanismes et considérations évolutives

par Olivier Pays

Thèse de doctorat en Écoéthologie

Sous la direction de Richard Bon.

Soutenue en 2006

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Group functioning in large mammalian herbivores : mechanisms and evolutionary considerations


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les grands herbivores étant des espèces proies, la façon dont fonctionnent leurs groupes fait principalement l’objet d’hypothèses liées à la survie des individus. Dans le présent travail, les différentes hypothèses fonctionnelles relatives à la régulation de l’activité de vigilance avec la taille du groupe sont testées, et un nouveau mécanisme de régulation est proposé. Ensuite, la dynamique de fusion et éclatement des groupes est analysée afin de cerner les mécanismes qui sont à l’origine de la formation des grands groupes en milieu ouvert. Ce travail s’inscrit dans une approche mécaniciste visant (1) à expliquer ce qui est observé à une échelle globale par la quantification de processus intervenant à une échelle plus locale, et (2) à vérifier la pertinence des processus mis en évidence au moyen de modèles dynamiques. En insistant sur le concept d’émergence, ce travail permet de rediscuter la place que l’on accorde à la sélection naturelle en Biologie.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (219 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 161-178

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2006TOU30124
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.