Genèse du musette

par Eva Hubineau

Thèse de doctorat en Musique

Sous la direction de Jésus Aguila et de Jean-Christophe Maillard.

Soutenue en 2006

à Toulouse 2 .

  • Titre traduit

    Genesis of musette


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Si de nos jours, le musette est universellement reconnu comme un emblème de la capitale et de la France par extension, ses prémices historiques demeurent encore profondément obscures. Loin des représentations de bas-fonds, de guinguettes et fêtes de 14 juillet inhérentes à cette musique, c’est dans les années charnières du 19e et 20e siècles, dans la colonie auvergnate de Paris et dans les modestes établissements dansants tenus par cette communauté (les fameux bals-musette, animés par les joueurs de cabrette), que fermente et s’érige le musette. Paradoxalement, cette nouvelle musique se verra rapidement assimilée comme proprement « parisienne ». Or comment et pourquoi une telle transition culturelle, soit instrumentale (de la musette à l’accordéon) et esthétique (de la bourrée à la java) s’opère-t-elle ? Pour quelle raison le musette va-t-il se façonner en ces institutions et cercles auvergnats, prônant initialement un certain traditionalisme ? Quels sont les apports et interactions inévitables en cet environnement parisien cosmopolite ? Qui furent ces pionniers du musette (tenanciers et musiciens de bal) ? Comment définir ce genre musical si singulier, que tout Français est à même d’identifier dès les premières notes ? Le cœur même de notre travail consistera à reconstituer l’histoire de l’origine du musette. Il s’agira de saisir les fondements du phénomène, de déterminer les raisons et facteurs (sociaux, culturels et artistiques) ayant fait germer une telle musique. Car au delà d’un corpus de danse pour accordéon, le musette cristallise avant tout le choc entre deux époques, et le tournant vers une ère et société désormais républicaines, industrielles, contemporaines.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (516 f., 37 f. de partitions)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 489-497. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.