Etude de l'exocytose à la membrane apicale des cellules épithéliales de Caenorhabditis elegans

par Alexandre Benedetto

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Michel Labouesse.

Soutenue en 2006

à l'Université Louis Pasteur (Strasbourg) .


  • Résumé

    Les epithelia sont des tissus polarisés à l’interface entre le milieu extérieur et le milieu intérieur des métazoaires. La mise en place et le maintien de leur polarité sont essentiels à l’intégrité de l’organisme. Parmi les processus y contribuant, la sécrétion à la membrane apicale est une voie de trafic intracellulaire méconnue à laquelle je me suis intéressée au cours de ma thèse. Le modèle de sécrétion choisi pour cette étude était la sécrétion épidermique apicale de la cuticule du nématode Caenorhabditis elegans. Un premier gène impliqué dans cette sécrétion apicale et dans l’osmorégulation avait été caractérisé au laboratoire. Il s’agit de che-14, orthologue de dispatched/disp1 (chez D. Melanogaster et M. Musculus) qui est nécessaire au transport des protéines Hedgehog chez la drosophile et la souris. Dans un premier temps, il a été mis en évidence un lien entre osmorégulation et sécrétion dans les epithelia de C. Elegans à travers la caractérisation de nouveaux mutants (dont vha-5 et rdy-2) affectés pour ces deux fonctions, isolés lors d’un crible de phénocopie du mutant che-14. Par la suite, l’utilisation des techniques d’ARN interférent et de mutagenèse dirigée sur vha-5, a permis de démontrer que le secteur V0 de l’ATPase vacuolaire à protons (V-ATPase) contenant la sous-unité « a » VHA-5 est impliqué dans l’osmorégulation et la sécrétion. Plus précisément, ce secteur V0, en association avec le secteur V1 de la V-ATPase est essentiel à l’osmorégulation au niveau du système excréteur, tandis qu’indépendamment de V1, il est spécifiquement requis pour une voie de sécrétion apicale atypique dans l’épiderme hyp7 de C. Elegans. La combinaison de techniques de microscopie électronique et photonique confocale a permis de montrer que cette voie de sécrétion implique des corps multivésiculaires sécrétant des exosomes contenant des protéines de type Hedgehog, et est nécessaire au trafic apical de CHE-14 et de deux tétraspanines RDY-2 et TSP-15. Par ailleurs les mutants che-14 et vha-5 affectés pour la sécrétion apicale, sont hypersensibles aux infections par le champignon nématophage Drechmeria coniospora. J’ai ensuite initié une caractérisation plus complète de cette voie de sécrétion en développant des marqueurs des compartiments intracellulaires de l’épiderme, et en réalisant un crible ARNi ciblé sur des gènes potentiellement impliqués dans la régulation de cette voie et des protéines qui l’empruntent. A l’issue de ce travail j’ai proposé un modèle de sécrétion cuticulaire faisant intervenir deux voies de sécrétion apicales préalablement inconnues, et une réorganisation de l’actine corticale permettant le positionnement de la V-ATPase au cours de ce processus. J’ai également discuté l’existence et le rôle d’une signalisation de type Hedgehog chez C. Elegans. Enfin, j’ai suggéré un lien entre la réponse immunitaire innée chez C. Elegans et la sécrétion épidermique d’exosomes.

  • Titre traduit

    Study of the exocytosis at the apical membrane of Caenorhabditis elegans epithelial cells


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (Pagination multiple)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 180-206

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.2006;5208
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.