Virothérapie du cancer du col de l'utérus : du ciblage moléculaire au ciblage cellulaire

par Magali Lagrange

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire

Sous la direction de François Deryckère.

Soutenue en 2006

à l'Université Louis Pasteur (Strasbourg) .


  • Résumé

    Le cancer du col de l’utérus est encore aujourd’hui la deuxième cause de mortalité par cancer chez la femme dans le monde, et ce, malgré les traitements disponibles et les possibilités de dépistage précoce. Le principal facteur étiologique de ce cancer est l'infection de l'épithélium cervical par certains types de papillomavirus humain (HPV) dits à haut risque (principalement les types 16 et 18). L'effet oncogène de ces HPV à haut risque est du�� à l'expression de deux protéines virales E6 et E7. Dans la première partie de ma thèse, nous avons caractérisé trois anticorps monoclonaux capables de détecter efficacement l’oncoprotéine E6 d’HPV de type 16. Nous avons également utilisé ces anticorps pour réaliser une analyse fonctionnelle de E6 et explorer leurs effets sur les interactions avec différents partenaires cellulaires. Dans la deuxième partie de ma thèse, nous avons utilisé des fragments d’anticorps capables de bloquer la dégradation de p53 in vitro afin d’induire spécifiquement l’apoptose des cellules transformées par HPV16 validant ainsi le concept d’immunisation intracellulaire. Le dernier volet de ma thèse était consacré au développement de vecteurs adénoviraux permettant une transduction ciblée des cellules cancéreuses du col de l’utérus. Nous avons montré que l’introduction de deux mutations ponctuelles abolissant l’interaction avec le récepteur de l’adénovirus, associée à l’insertion de peptides internalisants sélectionnés par phage-display dans le bouton terminal de la fibre, confèrent à l’adénovirus de type 5 une spécificité pour les cellules transformées par HPV.

  • Titre traduit

    Cervical cancer virotherapy : from molecular to cellular targeting


  • Résumé

    Cancer of the cervix is the second most common cancer among women worldwide. Infection with oncogenic human papillomavirus (HPV), most frequently HPV16, is the most significant etiological factor of this cancer. The oncogenic effect of these viruses is principally due to the expression of two early viral proteins, E6 and E7. In the fist part of this work, we have characterized three monoclonal antibodies able to efficiently detect E6 from HPV16 (16E6). We have also used these antibodies to test their effects on the interaction with different partners of E6. In the second part of the thesis, we have used antibody fragments able to block E6-dependent degradation of p53 in vitro to induce specific apoptosis in the HPV16 transformed cells, demonstrating the feasability of the anti-16E6 intracellular immunization for specific killing of cervical cancer cells. In the last part of this work, we generated fiber modified adenoviral vectors which combine the introduction of two point mutations and the insertion of differents peptide sequences selected by phage-display. We show that these modifications ablate the native tropism of the serotype 5 adenovirus confer specificity to HPV-transformed cervical cancer cell lines.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (247 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 203-235

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.2006;5097
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.