Transcripts in space and time

par Stéphanie Boué

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de James Stévenin et de Peer Bork.

Soutenue en 2006

à Strasbourg 1 .

  • Titre traduit

    Transcripts dans l'espace et le temps


  • Résumé

    Les biologistes moléculaires cherchent à comprendre comment fonctionnent les organismes au niveau moléculaire. Le but ultime de ces recherches est d’offrir la possibilité de manipuler sans risque des cellules et/ou des organismes afin de combattre des maladies génétiques, d’éradiquer les maladies contagieuses ou par exemple d’améliorer les qualités nutritives de l’alimentation. Actuellement, la manière la plus précise et pratique de comprendre le fonctionnement d’un organisme est d’étudier son transcriptome et ses variations dans l’espace et le temps. Suivant cette logique, le but de ma thèse de doctorat a été double: (1) estimer l’importance de l’épissage alternatif qui engendre une diversité des transcripts (2) étudier les transcriptomes de deux organismes modèles : Mus musculus et Drosophila melanogaster, respectivement dans l’espace et le temps. Durant ces années de recherche, j’ai rassemblé des découvertes intéressantes concernant l’expression des gènes et sa régulation. D’abord, l’épissage alternatif s’est avéré être un méchanisme important non seulement en terme de fréquence (des transcripts alternatifs sont générés pour une vaste majorité des gènes, et ce dans de multiples espèces), mais aussi en terme d’évolution (l’épissage alternatif semble permettre à un gène d’évoluer sans conséquences trop négatives pour l’organisme). Par ailleurs nous avons prouvé que le niveau d’expression de transcripts n’est pas en soi synonyme de fonction: il y a en effet une quantité non négligeable d’expression neutre, qui doit être prise en compte lors de l’assignation d’une fonction à un gène, uniquement basée sur la similarité de son profil d’expression par rapport à celui d’un gène de fonction connue. Enfin, nous avons étudié des séries de puces à ADN appliquées à l’embryogenèse de la mouche dans le temps, en utilisant une technique non conventionnelle pour ce type d’approche. Nous avons réparti les gènes en différentes classes selon leurs profils d’expression. Nous avons pu prouver que ces classes de gènes ont des critères biologiques en commun, ce qui laisse supposer que les gènes inconnus ou mal caractérisés qui tombent dans ces classes sont d’interessants points de départ pour de futures recherches. Des découvertes inestimables ont été et seront encore faites en biologie moléculaire grâce à l’étude des transcriptomes dans des organismes variés, analysés dans différentes conditions. Cependant, il est devenu clair qu’à cause de la présence de nombreuses étapes de régulation après la transcription, dont l’épissage alternatif, seule l’analyse des protéomes permettra d’obtenir une vision complète de la biologie de la cellule.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (132 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 116-123

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.2006;5085
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.