Histoire d'une agence d'urbanisme : le cas d'EPURES dans l'agglomération stéphanoise

par Eric Damien Biyoghe Bi Ella

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Jacqueline Bayon et de Georges Gay.

Soutenue en 2006

à Saint-Etienne .

  • Titre traduit

    Historical approach of urban agency : EPURES in Saint-Etienne and its surrounding


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Depuis les années 1920, les questions d’aménagement et d’urbanisme sont au centre des préoccupations des pouvoirs publics français. Ces préoccupations relevant des problèmes urbains (crise de logement, urbanisation, hygiène, insalubrité et de cadre de vie…. ). Pour trouver des solutions adaptées à ces problèmes, une série de dispositions législatives aboutit en 1967 à l’adoption de la loi d’orientation foncière (LOF). Cette loi, dans l’histoire de la politique d’aménagement et d’urbanisme, en instituant les agences d’urbanisme, est le point de départ de la planification urbaine en France. Les agences d’urbanisme, observatoires des phénomènes urbains et cadres de concertation entre l’Etat et les collectivités, sont chargées d’élaborer les schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) et les plans d’occupation des sols (POS). Vu l’ampleur des problèmes urbains dans les villes localisées autour de St-Etienne, l’agence EPURES, est créée en 1967, cela avant même l’adoption de la loi d’orientation foncière. Cette agence est chargée d’élaborer les documents de planification, d’observer le territoire, d’anticiper sur les évolutions et d’éclairer les élus dans leurs projets de développement. Cependant, la région stéphanoise, l’une des premières à se doter d’une agence d’urbanisme, reste marquée par des tensions entre les acteurs locaux et se montre longtemps réticente vis-à-vis de la planification urbaine et de la coopération intercommunale. Cet environnement politique local ne porte tout de même pas atteinte aux activités d’EPURES, seul cadre de rencontre entre les élus locaux et représentants de l’Etat. Avec les évolutions législatives, le rôle des techniciens de l’agence, les pressions préfectorales et la prise de conscience des élus quant à la nécessité de mise en place des projets de développement liés aux questions dépassant le simple cadre communal, les intercommunalités sont créées dès 1995. La région stéphanoise est désormais lancée vers la mise en place du schéma de cohérence territoriale.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (640 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 536-571

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Droit, Lettres, Sciences économiques et humaines.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.