Reconnaissance des expressions faciales émotionnelles chez l'enfant porteur de trisomie 21 : approche développementale et comparative

par Régis Pochon

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Daniel Mellier.

Soutenue en 2006

à Rouen .


  • Résumé

    L’étude a proposé à des enfants avec trisomie 21, des enfants avec retard mental d’étiologie non spécifiée et des enfants typiques d’apparier un son émotionnel avec une expression émotionnelle (visage). Ils devaient ensuite désigner une expression émotionnelle à partir d’un label présenté oralement. Les performances d’enfants trisomiques de quatre ans d’âge de développement pour reconnaître les émotions sur des visages photographiés ne montrent pas d’originalité majeure en comparaison de deux autres groupes d’enfants de me��me âge de développement. Cependant, lorsque la reconnaissance est sollicitée verbalement, les enfants retardés mentaux, notamment les enfants trisomiques 21, rencontrent plus de difficultés. Chez l'enfant retardé, le langage ne permet pas une meilleure catégorisation des expressions émotionnelles. Ces résultats soulignent l'importance des catégories émotionnelles verbales qui pourraient se construire plus difficilement dans le cadre du retard mental.


  • Résumé

    We proposed a matching task consisting of pairing an emotional sound and a human face and, after that a noise with an animal. A second task required children to choose an emotional facial expression on the basis of its verbal label. Down syndrome children do not differ with other children in emotional recognition abilities of human faces pictures. Results are compared with those of children with mental retardation and typical children matched on developmental age (K ABC, non-verbal scale). Results do not validate Kasari’s presumption concerning with emotional recognition deficit in Down children of 4 years of developmental age mental. However, they show difficulties for choosing the appropriate facial expression on the basis of a verbal label. The label superiority effect, described by Russel and Widen (2002), and found in our developmental data, is not present in mentally retarded children. Theses findings emphasize the importance of the verbal categories in emotional understanding.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (172 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 149-160

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : S5957
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.