L’accompagnement éthique du malade en fin de vie

par Guy-Edgard Aba Andong

Thèse de doctorat en Philosophie. Éthique médicale

Sous la direction de Jacqueline Lagrée.

Soutenue en 2006

à Rennes 1 .


  • Résumé

    Il faut rendre à l’individu le droit de maîtriser sa mort. Cela peut signifier au minimum qu’il doit avoir le droit de refuser à l’avance les traitements qui le prolongeraient artificiellement quand tout espoir a disparu. Et cela peut vouloir dire à la limite qu’il doit pouvoir demander qu’on l’aide à quitter sans souffrances ce monde si son existence lui devient intolérable. Les adversaires de l’euthanasie font valoir qu’elle est contraire à la vocation traditionnelle de la médecine et aux principes de base de l’éthique car il existe des cas où l’aide au suicide et l’euthanasie sont des actes de courage et de charité vu que le respect mécanique de la vie peut être un signe d’indifférence. L’avenir verra les sociétés reconnaître de plus en plus le droit de l’individu à échapper à la souffrance et à la dégradation quand il est au bout de sa vie. Une telle démarche n’aura cependant de sens que si, en même temps qu’elle aide à mourir ceux qui sont au bout de leur chemin, tente d’aider à vivre ceux qui n’y arrivent que difficilement.

  • Titre traduit

    ˜The œethical accompaniment of the sick persona t the end of his life


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (510 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 499-510. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TAP RENNES 2006/2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.