Etude in vitro et in vivo des relations entre cellules présentatrices d'antigènes (CPA) et cellules de mélanome résistant dans un système murin. Recherche de stratègies d'immunothérapie cellulaire utilisant les CPA pour induire et renforcer l'action anti-tumorale du système immunitaire

par Débora Joseph-Pietras

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire

Sous la direction de Claudie Madoulet et de Philippe Albert.

Soutenue en 2006

à Reims .


  • Résumé

    Dans le souci de lutter contre le mélanome, nous avons utilisé des cellules mononucléées murines du sang périphérique (pbmcs), et démontré leur activité anti-tumorale in vitro contre des cellules de mélanome murin b16 résistantes à la doxorubicine (b16r). Cependant, leur utilisation in vivo ne ralentit pas le développement tumoral. Leur sensibilisation préalable avec des lysats de cellules b16r conduit à un léger ralentissement de la croissance tumorale, sans amélioration de la survie des souris. Nous avons montré que les injections intra-tumorales (i. T. ) de dcs naïves ralentissent le développement tumoral, mais n’améliorent pas la survie des animaux par rapport aux témoins. La sensibilisation préalable des dcs avec des cellules tumorales cytostatiques permet, quand elles sont injectées à proximité de la tumeur, une régression de celle-ci, et augmente le temps moyen de survie des souris. Administrées à distance de la tumeur, leur efficacité est minorée par rapport aux injections i. T. , mais reste supérieure à celle des dcs naïves. Les cellules spléniques des souris traitées dès l’induction tumorale par des injections de dcs sensibilisées exercent une activité cytolytique contre les b16r, supérieure a celle de souris témoins. De plus, il est possible d’induire une protection efficace et durable de l’animal vis-a-vis des cellules b16r par administration préventive de dcs sensibilisées. Ces résultats mettent en évidence le rôle important des dcs sensibilisées dans l’établissement d’une immunité anti-tumorale spécifique, et permettent d’envisager leur utilisation comme traitement adjuvant à d’autres thérapies deja existantes.


  • Résumé

    To develop a strategy against melanoma, we used murine peripheral blood mononuclear cells (pbmcs) against doxorubicin-resistant b16 murine melanoma cells. Pbmcs exhibited an anti-tumor effect in vitro but did not induce the inhibition of tumor growth in vivo. Although lysate-pulsed pbmcs induced a weak slowing down of tumor growth, mice survival was not modified. We showed that intra-tumoral (i. T. ) injections with unstimulated dcs slowed down tumor development, but did not increase survival of animals. Dcs pulsed with cytostatic tumor cells induced tumor regression when injected close to the tumor, and increased survival time in mice compared to untreated mice. When injected far from the tumor, their efficacy was reduced, but remains superior to unstimulated dcs. We observed that spleen cells of mice treated with pulsed dcs from tumor cells injection exerted a cytolytic activity against b16r cells upper than the control mice. Furthermore, an efficient and long-lasting protection of mice against b16r cells can be induced by preventive injections with pulsed dcs. These results show the relevant role of dcs in a specific anti-tumor immunity establishment. Consequently, dcs pulsed with cytostatic tumor cells could be used in addition to other treatments and improve their clinical outcomes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 287f.
  • Annexes : Bibliogr. f. 185-217

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Bibliothèque Moulin de la Housse.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 06REIMS018
  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Bibliothèque Moulin de la Housse.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 06REIMS018Bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.