Intériorité et moralité chez Emmanuel Kant

par Alexis Dieth

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Miklos Vetö.


  • Résumé

    La moralité chez Kant tient dans la pureté de l'intention, comme il paraît dans le concept de volonté bonne. Il s'agit de l'intériorité d'une détermination autonome, excluant l'étéronomie des penchants par l'universalisation des maximes. Il s'ensuit une lutte contre l'amour propre, dans une progression jamais finie dans la pureté de l'intention, rendue possible par le souverain bien originaire, celui du postulat de Dieu. L'intersubjectivité des rapports sociaux conduit à donner un caractère public à la loi morale, dans la constitution d'un état éthique, église invisible de la pure raison, dont les églises visibles sont le véhicule. Le travail se termine par l'importance de l'éducation morale, dans cette perspective d'intériorité, dont un appendice propose une brève esquisse historique

  • Titre traduit

    Interiority and morality at Kant


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (304 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 281-291. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.