Potentialités invasives et structure génétique des populations d'insectes : étude comparative de Megastigmus spermotrophus et Megastigmus schimitscheki, ravageurs de graines de conifères

par Solen Boivin

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Marie-Louise Cariou et de Alain Roques.


  • Résumé

    Ma thèse portait sur l'étude écologique (à travers des mesures morphologiques et des expérience de pontes forcées) et génétique (grâce aux marqueurs microsatellites) de deux espèces de Megastigmus, dont les larves sont des consommateurs de graines de conifères. M. Spermotrophus est un ravageur du sapin de Douglas (Pseudotsuga menziesii). Originaire d'Amérique du Nord, il est actuellement présent en Europe et en Nouvelle-Zélande. M. Schimitscheki est un ravageur des cèdres (Cedrus spp. ), trouvé en Asie mineure et introduit récemment dans le sud de la France. Les gradients morphologiques des insectes M. Spermotrophus en Amérique du Nord, non retrouvés en Europe, sont expliqués par les variations morphologiques des graines consommées. Ces résultats, appuyés par ceux de l'étude génétique, permettent de conclure à des introductions multiples de M. Spermotrophus, de différentes provenances nord-américaines. Ces gradients nous ont amenés à nous interroger sur le déroulement des premiers stades de l'invasion. Nos résultats montrent que la fitness des grandes femelles est plus importantes que celles des femelles de petite taille (en terme de nombre de descendants et de qualité des graines attaquées). La gande variation morphologique de ce ravageur a probablement facilitée leur invasion. L'étude génétique de M. Schimitscheki a montré que l'invasion en France provient d'un évènement d'introduction récent et unique. L'actuel succès d'expansion de cet insecte, malgré l'existence de compétiteurs du même genre, résulte de l'ensemble des traits de caractères communs aux genre Megastigmus, de son émergence plus précoce en rapport à ses compétiteurs et de sa dynamique de diapause prolongée.

  • Titre traduit

    Invasives potentialities and genetical structure of insects populations : comparative studies of Megastigmus spermotrophus and Megastigmus schimitscheki, pests of seeds of conifers


  • Résumé

    My work is related to the ecological study (through morphological measures and experiment of forced layings) and genetical study (with microsatellites markers) of two species of Megastigmus, whose larvae are seed consumers of conifers. M. Spermotrophus is a pest of the Douglas fir (Pseudotsuga menziesii). This insect is come from North America and it has been introduced in Europe and New Zealand along with his host used for reforestration. M. Schimitscheki is a pest of the cedars (Cedrus spp. ), originated from minor Asia and introduced recently into the south of France. The morphological gradients of the insects M. Spermotrophus in North America, not found in Europe, are explained by the morphological variations of consumed seeds. These results, supported by those of the genetic study, show that M. Spermotrophus have been introduced several times from various North-American sources. These gradients led to question us on the course of the first stages of the invasion. Our study show that the fitness of large females is more significant than those of the females of small size (in term of number of eggs and quality of attacked seeds). The large morphological variation of M. Spermotrophus probably facilitated their invasion in new environment. The genetic study of M. Schimitscheki showed that the invasion in France comes from a single and recent event of introduction. The current success of expansion of this insect, in spite of the existence of a competitor of the same genus, results from the earlier emergence of M. Schimitscheki than its competitors and of its particular dynamic of prolonged diapause.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (286 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 169-185

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(2006)154
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.