Le "pays" entre géographie, construction politique et représentations : l'exemple de l'espace Lille-Dunkerque

par Xavier Leroux

Thèse de doctorat en Géographie. Aménagement de l'espace. Urbanisme

Sous la direction de Guy Burgel et de Michel Herrou.

Soutenue en 2006

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cherchant à harmoniser l'organisation d'un territoire national bouleversée par l'essor de la mobilité individuelle et par les dynamiques de métropolisation, le législateur s'est lancé, depuis 1995, dans un possible découpage en pays. Ce vieux concept multiforme de la géographie ressurgit avec l'ambition de devenir le cadre seyant le mieux aux pratiques spatiales des populations. Mais si le pays semble présenter des avantages, notamment de par son dimensionnement intermédiaire, la question de son insertion dans un système institutionnel obsolète et fortement enchevêtré demeure essentielle. Au delà de la réponse aménageuse, le pays peut-il constituer un ferment de la simplification décentralisatrice souhaitée par le législateur ? C'est ici la thématique abordée dans cette thèse qui essaiera de tester la validité du pays comme nouveau découpage territorial. Défini par un texte de loi très souple ne contraignant qu'au respect des récents contours intercommunaux et bénéficiant d'une connotation symbolique positive, le pays est aujourd'hui inscrit dans une dynamique à succès qu'il convient d'analyser. Outre le jeu de construction politique que le pays se doit d'entretenir avec les intercommunalités et les incidences liées à sa représentation, nous testerons la pertinence de la réalité fonctionnelle de ce outil, son essence même qui le définit comme un espace répondant à une polarisation de proximité. Pour cela, notre démonstration prendra appui sur l'étude de l'espace Lille-Dunkerque qui présente notamment la particularité d'être polarisé par ses extrémités.

  • Titre traduit

    ˜The œ"pays" : geography, political achievement and representations : the Lille-Dunkerque area example


  • Résumé

    Trying to reorganize a national territory upsetted by the growth of individual mobility and by metropolization dynamics, the french legislator has launched, since 1995, into a feasible division in pays. This old multiform concept of geography comes back having the ambition to become the best matching entity for people spatial pratices. But if the pays seems to present advantages especially by it average size, the question of its place in an obsolete and very compartimentalized political system remains essential. In addition to the spatial answer, can this new tool help to simply the institutionnal system by decentralizing it ? This is the subject of this thesis that will try to analyse the relevance of the pays as a new territorial division. Defined by a very flexible law that only contrains to respect the intercommunality divisions and having the advantage of a positive symbolic connotation, the pays is now in a very successful dynamic that needs to be analysed. In addition to the political relation that links pays with intercommunality and to the influence of its representation, we will test the relevance of this new tool, its essence that define it as an entity delimited by a proximity attraction force. Our demonstration will be illustrated by the case of the field between Lille and Dunkerque that is especially distinguished by a north and south attraction.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (325 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 299-308

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut de géographie alpine. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THE 2005 LER
  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 06 PA10-90

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.