Les groupes tsiganes en France : éternels étrangers de l'intérieur ? : affirmations culturelles et distanciation dans un contexte de rejet permanent

par Christophe Robert

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Pierre Bouvier.

Soutenue en 2006

à Paris 10 .


  • Résumé

    Les Tsiganes ou "gens du voyage", pour reprendre l'appellation impropre employée par les pouvoirs publics, désigne un ensemble de petits groupes de traditions, de religions et d'histoires différentes qui rassemblent environ 400 000 personnes en France. Bien que vivant sur le territoire depuis plusieurs siècles et bien qu'étant pour la quasi-totalité d'entre eux de nationalité française, les Tsiganes se confrontent à un fort rejet social et restent considérés comme des citoyens de seconde zone, des groupes à problème qu'il s'agit de mieux maîtriser ou assimiler. Les préjugés et stéréotypes qui marquent les populations tsiganes sont souvent à l'origine de la stigmatisation et des relations conflictuelles qu'ils entretiennent avec la société. Parallèlement, le projet politique "d'universalisme républicain" qui se traduit concrètement dans les lois, les mesures institutionnelles, rend difficile l'acceptation et la prise en compte adaptée des modes de vie tsiganes, que l'on se réfère à l'habitat (nombreux sont ceux qui vivent en caravane), aux métiers exercés ou aux pratiques familiales et scolaires. Pourtant, les groupes tsiganes, en permanente interaction avec le monde qui les entoure, tentent quotidiennement de résister à la force intégratrice de la société et aux pressions économiques qui affectent quotidiennement leur dynamisme culturel. L'organisation familiale et communautaire, de même que les processus de distanciation avec les non-Tsiganes, contribuent à maintenir leur autonomie socioéconomique et favorisent leur adaptation aux impositions extérieures. En fin de compte, ces populations ne se contentent pas de subir les évolutions du monde contemporain. Elles y participent, y réagissent et s'attachent en permanence à donner un sens singulier à tout ce qui est perçu comme appartenant au monde des non-Tsiganes en se les appropriant selon des modalités qui leur sont propres.

  • Titre traduit

    The groups of Gypsies in France : eternal strangers of the interior ? : cultural affirmations and distance in a context of permanent reject


  • Résumé

    The Gypsies or “Gens du Voyage” (travellers), taking the unsuitable designation used by the authorities, indicates several small groups of different traditions, religions and histories which gathering about 400 000 persons in France. Although living on the territory since several centuries and even if most of them having the French nationality, the Gypsies are confronted to a high social reject and remain considered as second-rate citizens, difficult groups who need to be controlled or assimilated. The prejudices and stereotypes about the gypsies' populations are often the origin of the stigmatisation and the difficult relations that they carry with the society. In the same time, the politic project of “republican universalism”, which is concretely translated in laws and institutional rules, makes difficult the acceptance and the adapted taking into account of the gypsies' way of life, that we refer to their housing (many are them live in caravan), their jobs or their family and education practices. Nevertheless, the groups of Gypsies, in permanent interaction with the surrounding world, try on a daily bases to resist against the economic and assimilationist pressures of the society which daily affect their cultural dynamism. The family organisation, as the distance process with the non-Gypsies, contribute to hold their socio-economic autonomy on and favour their adaptation at the external pressures. Finally, those populations don't content themselves with being under the influence of the evolutions of the contemporary world. They take part of it, react to it and stick permanently to give a specific sense to the things which they consider as belonging to the world of the non-Gypsies appropriating them according to their own modalities.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Desclée de Brouwer à Paris

Éternels étrangers de l'intérieur ? : les groupes tsiganes en France


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (403 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 382-392

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 06 PA10-22
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Desclée de Brouwer à Paris

Informations

  • Sous le titre : Éternels étrangers de l'intérieur ? : les groupes tsiganes en France
  • Détails : 1 vol. (452 p.)
  • Notes : Autre tirage : 2010.
  • ISBN : 978-2-220-05855-9
  • Annexes : Bibliogr. p. [435]-448. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.