La photographie en Tunisie et le protectorat français entre 1881 et 1914

par Stéphane Mathieu

Thèse de doctorat en Arts, philosophie et esthétique

Sous la direction de François Soulages.

Soutenue en 2006

à Paris 8 .


  • Résumé

    La photographie s'est implantée en Tunisie avec le protectorat français en 1881. Cette thèse tente de mesurer les conséquences de cette interpénétration photographie / société sur l'esthétique et l'ambition des photographies réalisées dans ce contexte. Comment dans ces conditions la photographie n'a-t-elle pas succombé à la facilité ? Quelle(s) image(s) de la Tunisie les photographes ont-ils montrée(s) ? Partant des photographies elles-mêmes, l'analyse montre comment, venant photographier la Tunisie en se reposant sur d'anciennes représentations, les photographes européens ont fait le jeu de certains desseins politiques. Les pratiques de Samama Chikli, le premier photographe tunisien et de Lehnert et Landrock, un duo germanique, montrent cependant qu'il était possible de se détacher de cette optique orientée. Finalement, le parcours suivi par ces photographies aux ambitions premières variées (esthétiques, documentaires, commerciales) témoigne de leur participation à l'Histoire. Il est ainsi montré que dans ces conditions, la photographie, dans tout ce qu'elle a de photographique et de para-photographique, s'est avérée l'instrument esthétique servant à l'invention d'une Tunisie.

  • Titre traduit

    The photography in Tunisia and French protectorate during 1881-1914


  • Résumé

    The photography began in Tunisia during the French protectorate started in 1881. The target of this thesis is to estimate the consequences of the reciprocal actions between the photography and the society on the aesthetics and the ambition of the pictures made during the period. How could the photography develop normally in spite of the traps due to the complexity of the political situation? What kind of pictures and which image of Tunisia did the photographers show? Based on pictures, the analysis shows how European photographers played the game of some political plans, as they made pictures of the country according to old representations of it. However, the examples of the first Tunisian photographer Samama Chikli and the Germans Lehnert and Landrock prove that it was possible to work in abstraction of this slanted vision. Finally, the story of these pictures (taken for diverse reasons like aesthetic, documentary or commercial reasons) testifies to their participation to the History so that the photography and the world around it became an aesthetic instrument used for inventing a certain Tunisia.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (588 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 553-566. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 3238
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.