Le trait d'union : cultures et identités des exilés germanophones au Canada : 1933 à nos jours

par Patrick Farges

Thèse de doctorat en Langue, littérature et études germaniques

Sous la direction de Michael Werner.

Soutenue en 2006

à Paris 8 .


  • Résumé

    Le régime nazi fut à l'origine d'une migration forcée communément appelée "exil". Si les Etats-Unis ont fait l'objet d’études sur le rayonnement des exilés germanophones, le Canada est encore largement ignoré, notamment parce qu'il n'a pas accueilli de personnalités emblématiques, mais des "gens ordinaires". En raison d'une politique d'immigration restrictive, le Canada n'a accueilli que 6 000 exilés : Juifs, sociaux-démocrates, réfugiés-internés… Ils ont vécu une période-clef de l'histoire de cette nation jeune, largement constituée par l'immigration et traversée de forts clivages ethno-culturels. Le présent travail est centré sur l'acculturation et la redéfinition identitaire d'exilés qui ont pris part à un réseau complexe d'interactions croisées. Ce travail, ancré dans l'histoire et la sociologie des migrations, repose sur des sources variées : presse, archives communautaires et associatives, fonds d'"archives ethniques", correspondances, autobiographies, témoignages et entretiens d'histoire orale.

  • Titre traduit

    The cultural Hyphen : cultures and identities of German-speaking exiles in Canada : 1933-2006


  • Résumé

    The forced migration of refugees from National-Socialism - often called "exiles" - brought to Canada a small, but particularly complex, wave of 6,000 German-speaking migrants. Whereas the lives of those famous émigrés who went to the U. S. Is well-known, the trajectories of "ordinary people" in Canada is not. Given Canada's restrictive immigration policy in the 1930s, those who managed to enter - Jews, social-democrats, interned refugees - used the system's loopholes. This research addresses a double agenda: studying German-speaking refugees from Nazism as they settled in Canada, and reconstructing Canadian society's response to that specific immigration. It is centred on acculturation and identity-building mechanisms, as well as community-based integration, crystallisation of ethnic memories, cultural transfer, and inter-generational transmission. Primary sources include public and private as well as "ethnic" archives, testimonies and memoirs, and oral history interviews.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Éd. de la Maison des sciences de l'homme à [Paris]

Le trait d'union ou L'intégration sans l'oubli : itinéraires d'exilés germanophones au Canada après 1933


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (661 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 498-542

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 325/1182
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2657
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Éd. de la Maison des sciences de l'homme à [Paris]

Informations

  • Sous le titre : Le trait d'union ou L'intégration sans l'oubli : itinéraires d'exilés germanophones au Canada après 1933
  • Dans la collection : Dialogiques
  • Détails : 1 vol. (470 p.- [6] p. de pl.)
  • ISBN : 978-2-7351-1151-0
  • Annexes : Bibliogr. p. [433]-467. Notes bibliogr. Notices biographiques
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.