L’écriture des élèves à l’école : logiques, usages et conceptions des enseignants

par Didier Perrier

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Élisabeth Bautier.

Soutenue en 2006

à Paris 8 .


  • Résumé

    Notre recherche s’inscrit dans le cadre des travaux qui, comme ceux de Vygotski et de Goody, mettent l’accent sur l’écriture pour apprendre et de ceux qui, dans la filiation de Bernstein, prennent en compte les différences de pratiques langagières des élèves. A partir d’observations et d’entretiens réalisés dans des classes d’écoles primaires situées en ZEP (au cycle 3), nous analysons les écrits des élèves, les logiques d’écriture et « les raisons » pour lesquelles les enseignants font écrire ces élèves. Nos analyses mettent en évidence que les pratiques prédominantes de l’écriture à l’école évitent majoritairement le travail d’élaboration. Elles ne peuvent conduire ainsi à une réduction des inégalités sociales et scolaires.

  • Titre traduit

    Writing at primary school : teachers' logic, uses and conceptions


  • Résumé

    Our research work falls within the framework of those which, as Vygotski's and Goody's works, focus on writing as a way of learning and those which, following Bernstein, take into account the difference in pupil's language practices. Through observations and interviews carried out in ZEP primary school classes (cycle III, age 8 to 11) we analyse pupils' writing, teacher's logic and the reasons why they make their pupils write. Our analysis points out the fact that most of the writing practises at school overlook the elaboration work. They cannot therefore help to reduce the social and scholar disparities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (570-[10] p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 384-390

Où se trouve cette thèse ?