Le forum et l'informe : projet et régulation publique à Alger, 1830-1860

par Rachid Ouahès

Thèse de doctorat en Projet architectural et urbain

Sous la direction de Jean-Louis Cohen.

Soutenue en 2006

à Paris 8 .


  • Résumé

    Cette thèse examine les conditions de la transformation de la ville d’Alger, dans les trente premières années de sa colonisation et dans la perspective des pratiques transmises au XXe siècle. Elle tente de faire un lien entre ces pratiques urbanistiques et les idéologies politiques qui les sous-tendent, en mettant en lumière la dimension réactive de celles-ci, dans le contexte libéral du régime de la Monarchie de Juillet. En se basant sur les concepts avancés notamment par Michel Foucault, Gilles Deleuze et Félix Guattari, à partir du contexte de la décolonisation, elle réexamine certains aspects de son histoire du point de vue des politiques et de l’esthétique urbaines, liés aux réflexes de déterritorialisation et à l’ouverture d’un champ expérimental outrepassant les résistances sociales et culturelles du contexte métropolitain. Avec l’exportation des pratiques d’organisation et de contrôle du territoire, le mouvement colonial a également exacerbé les conflits entre les sensibilités libérale et étatique, qui ont dominé le champ de sa culture et de sa politique jusque dans l’entre-deux-guerres. Les expériences des protectorats du Maroc et de Tunisie au tournant du XXe siècle éclairent comparativement la dimension libérale donnée terrain algérois, ainsi que la résistance de certaines institutions étatiques et militaires attachées aux principes développés depuis les Lumières et sous l’Empire, notamment dans les corps du Génie militaire et des Ponts et Chaussées. L’érection au centre de la ville pré-coloniale, de la place du Gouvernement, sur des fondements spéculatifs, est le premier épisode du conflit durable qui s’installera dans les opérations d’alignement des rues, de rénovation des bâtiments publics ou d’extension à l’extérieur des remparts, et gardera une pertinence jusque dans les années 1950. Les dimensions politique et esthétique de cette opposition sont révélées par l’attribution fautive de la conception du Front de mer d’Alger à l’architecte Chassériau, dans un geste de défense du « municipalisme » et dans une conception libérale de l’art qui a des origines dans la distinction entre « monuments » et « documents » et aux questionnements de la période romantique, relatifs à l’entreprise coloniale. La notion d’ « informe » que Georges Bataille développera dans le même temps, en réaction, à cette conception de l’art, est ainsi éclairée par l’irruption de la sphère coloniale dans la culture classique occidentale.

  • Titre traduit

    Roots of the “informe” : project and public regulation in Algiers, 1830-1860


  • Résumé

    This thesis looks at the conditions in which Algiers had been transformed, in the first three decades of colonial rule, experimenting principles that led to twentieth century urban practice. The context of liberal policies undertaken under the Louis-Philippe regime, has given to the algerian experiment a peculiar liberal dimension that had been challenged by some state institutions like the civil and military engineering Corps, from the very first undertaking, that is the openning of the “Place du Gouvernement”, in 1831. Using concepts that had been mainly developped by Michel Foucault, Gilles Deleuze and Félix Guattari, in the aftermath of the decolonizing process, this thesis tries to reveal some of the deterritorialization reflexes in the algerian context, along with conflicts dividing liberals and state oriented policies. It also tries to show the ties that bring the concept of “informe”, built by Georges Bataille on the distinction of “monuments” versus “documents”, as the colonial sphere is inserted in the classical western culture.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (707 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 547-568. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2325

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MFiche 223/3704
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.