Sans-papiers, figure du politique : hégémonie au Cameroun, État et cultures nationales en Europe

par Ange Bergson Lendja Ngnemzue

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Pierre Cours-Salies.

Soutenue en 2006

à Paris 8 .


  • Résumé

    Cette thèse restitue le phénomène des sans-papiers aux trajectoires politiques des sociétés gouvernées où il prolifère. Elle associe aux théories politiques et sociologiques des catégories d’autres sciences sociales (anthropologie, histoire, économie, géopolitique, etc. ). La problématique se fixe sur un axe où la sociologie historique de l’Etat, partout, singulièrement et sur la longue durée, est au-dedans des conditions qui « fabriquent» les sans-papiers et travaillent leur subjectivité. Enquêtant d’entrée sur la sociogenèse de l’émigration clandestine au Cameroun (1ière partie), la thèse montre comment celle-ci est un effet de la crise politico-économique d’une domination traditionnelle ancrée, et résistante à une tutelle multilatérale rationnelle et austère (plans d’ajustement structurels). L’économie matérielle et morale de la fuite narre une gouvernementalité des temps de disette et des mœurs délictuelles (corruption, tribalisme, clientélisme, etc. ) qui happe les cadets sociaux fascinés par le « pays des blancs » et en quête de soi. La suite de la thèse montre comment, au 19ème s. , certains pays (ici : France, Allemagne, Royaume-uni et Belgique) ont forgé ou renforcé des artifices (nations, territoires, frontières, empire colonial, etc. ) et des fantasmes (invasions, pressions, flux, etc. ) destinés à l’étatisation de la société et qui, aujourd’hui, « habitent » la géopolitique européenne des dénis de sans-papiers (3ème partie), nourrissent une gouvernementalisation de l’expulsion que les luttes sociales, faute de synergie, n’entament pas (4ème partie). La thèse « désosse » l’Etat (5ème partie) au profit des figures neuves et inédites (démocratisation du contrôle, contrôle parlementaire européen, etc. )

  • Titre traduit

    Undocumented people as figure of the political : hegemony in Cameroon, the State and national cultures in Europe


  • Résumé

    This thesis reads the phenomenon of undocumented migrants (“sans- papiers”) within the political trajectories of the societies where it proliferates. Political and sociological theories are combined here with categories from other social scientific disciplines (anthropology, history, economics, international relations, etc. ) The problematic is structured on an axis where the historic sociology of the state, in its singular long range pathways, constructs the conditions of « production » of undocumented migrants and shapes their subjectivity. An examination of the sociogenesis of clandestine emigration from Cameroon, studied in the first part, makes it appear an effect of a crisis of resistant traditional forms of domination, itself caused by new forms: the rational and austere tutelage of multilateral institutions. The material and moral economics of fleeing elicits a narrative of governmentality in times of want and deviant behaviours (corruption, tribalism, clientele based politics, etc. ) that colonizes the imagination of the fleer in search of self and fascinated by “white man’s country”. In the second and third part, the thesis highlights how some countries (France, Germany, United Kingdom and Belgium) in the 19th century forged or reinforced artifices (nations, territories, borders, colonial empire, etc. ) and phantasms (invasions, pressures and flows) that became embedded in state construction and that live on today in European geopolitics and its denial of the undocumented. These artifices and phantasms nourish a governmentalisation of expulsion that social struggles, lacking synergy, have failed to contain (fourth part). In the last section, the thesis deconstructs the nation state and moves normatively to new configurations, in particular democratisation of control, for instance through European parliamentary control

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (531 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 490-507

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2302

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.