Figures de l'incroyance

par Maria Dalila Caplan-Arpin

Thèse de doctorat en Psychanalyse

Sous la direction de Serge Cottet.

Soutenue en 2006

à Paris 8 .


  • Résumé

    En psychanalyse, l’incroyance ne se confond pas avec le refus de croire. C’est une position subjective sans sujet où le Savoir Situé dans l’Autre prend toute la place. Le savoir est détaché de la vérité et se distingue du savoir inconscient, n’étant pas déterminé par des chaînes signifiantes. L’incroyance est propre à la psychose, déterminée par le mécanisme de la Verwerfung. La profusion imaginaire est déchaînée à cause du manque d’inscription symbolique. La dimension de la parole comme fides n’est pas installée, d’où la méfiance du paranoïaque. L’Autre est réel et la réalité n’est pas investie par la libido à cause de la non-extraction de l’objet par l’opération signifiante. Néanmoins, le binôme croyance/incroyance s’est avéré insuffisant pour rendre compte des distinctions cliniques. Le déplacement de l’accent vers le réel du dernier enseignement de Lacan fait valoir que croyance et incroyance sont également apparentées au pire car elles méconnaissent le réel. La certitude permet un meilleur repérage dans la clinique. Elle a été abordée par Wittgenstein et la psychiatrie classique. Elle est structurée comme la pulsion et en tant que telle, elle est révélatrice du rapport du sujet à la jouissance

  • Titre traduit

    ˜The œfigures of unbelief


  • Résumé

    In psychoanalysis, unbelief cannot be confused with the refusal to believe. It is a subjective position without subject in which the Knowledge situated in the Other takes the whole space. Knowledge is separated from the truth; not being determined by signifying chains, it is different from unconscious knowledge. Unbelief is peculiar to psychosis, determined by the mechanism of the Verwerfung. The imaginary profusion is raging because of the lack of symbolic inscription. The dimension of speech as fides is not settled, hence the paranoid’s wariness. The Other is real and reality is not endowed by the libido because of the non-extraction of the object by the signifying operation. Nevertheless, the couple belief/unbelief has proved insufficient to account for clinical dinstinctions. The move of the accent towards the real in the latest teachings of Lacan underlines that belief and unbelief are equally related to the worse because they disregard the real. Certainty provides a better locating in clinics. It was approached by Wittgenstein and classical psychiatry. It is structured like pulsion and, as such, it reveals the relation of the subject with jouissance

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (433 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 415-433

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2292
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.