Effet anti-tumoral des anti-inflammatoires non stéroïdiens sur le cancer médullaire de la thyroïde in vitro et in vivo : implication de la 15 hydoxyprostaglandine déshydrogénase

par Virginie Quidville

Thèse de doctorat en Biologie de l'os, des articulations et biomatériaux des tissus calcifiés

Sous la direction de Annick Jullienne.

Soutenue en 2006

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Study of early virus/host interactions associated with resistance to AIDS of SlVagm-infected African Green Monkeys


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Parmi les facteurs impliqués dans le processus tumoral se trouvent les prostaglandines (PG) synthétisées par les cyclooxygénases 1 et 2 (COX-1 et COX-2). Leur surproduction, initialement décrite dans le cancer médullaire de la thyroïde (CMT), a depuis été rapportée dans d'autres tumeurs humaines. Une surexpression de la COX-2 est souvent associée à ces taux anormalement élevés de PG. Cependant, une diminution d'expression de la 15-hydroxyprostaglandine deshydrogénase (15-PGDH), enzyme clé du catabolisme des PG, peut provoquer leur augmentation par défaut de dégradation. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), inhibiteurs des COX, diminuent la prolifération de nombreuses lignées cellulaires tumorales in vitro, le développement de tumeurs induites chez l'animal et l'incidence de certains cancers humains. Nos travaux ont mis en évidence l'implication de la 15-PGDH dans la prolifération des cellules TT, issues d'un CMT humain, et ont montré pour la première fois son rôle dans l'effet anti-prolifératif des AINS inhibant la COX-1 sélectivement ou non. En revanche, les AINS inhibant sélectivement la COX-2, diminuent la prolifératior des cellules TT, qui n'expriment pas la COX-2, par un mécanisme indépendant des PGE2 et de la 15-PGDH. In vivo, nous avons montré pour la première fois dans le CMT, le potentiel anti-tumoral de l'indométacine et du célécoxib, sur la croissance de tumeurs xénogreffées chez la souris nude. Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives pour le traitement des patients atteints de CMT puisque l'utilisation des AINS pourrait être envisagée comme thérapie adjuvante de la chirurgie pour réduire efficacement les récidives et les métastases.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (168 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 408 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2006) 149
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.