Spectrophotométrie des supernovae de type Ia : extraction des données de SNIFS et premiers résultats

par Sébastien Gilles

Thèse de doctorat en Champs, particules, matière

Sous la direction de Pierre Antilogus.

Soutenue en 2006

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette thèse s'inscrit dans le cadre de l'expérience SuperNova factory, une collaboration franco-américaine associant une vingtaine de chercheurs. Le but de cette expérience est d'améliorer l'utilisation des supernovae de type la en cosmologie en affinant notre compréhension de la diversité des SNIa et en augmentant la statistique disponible à bas redshift (0. 03 < z < 0. 08). Après avoir présenté ces aspects, j'ai présenté plus spécifiquement l'expérience SNfactory. Cette expérience se compose de deux versants : l'un d'eux est la recherche de supernovae avec les données des programmes NEAT et QUEST-II installés sur le Mont Palomar (Californie) et l'autre est le suivi grâce à un instrument dédié nommé SNIFS installé en permanence sur le télescope de l'Université de Hawaii au sommet du Mauna Kea. Mon travail a porté sur les voies spectroscopiques de SNIFS : une simulation d'un cube de données et une méthode d'extraction de spectres par minimisation de x² sont présentées ici, ainsi qu'une discussion sur le choix de la PSF à adopter. L'objectif de précision de la calibration en flux de 1 % lors de nuits photométriques peut être atteint à l'aide d'une telle extraction. J'ai enfin présenté une analyse d'un échantillon de dix supernovae, notamment en mesurant la vitesse d'expansion calculée à partir du décalage vers le bleu de 4 raies du spectre à l'aide d'une méthode novatrice. Ces mesures montrent que 20 % de l'échantillon présente un comportement notablement différent du comportement moyen.

  • Titre traduit

    Spectrophotometry of tipe Ia supernovae : extraction of SNIFS data and first results


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    This thesis takes place within the SuperNova factory experiment, which includes about 20 french and american searchers. The purpose is to improve the usage of type la supernovae in cosmology, both by improving our understanding of supernovae diversity and by increasing statistics for low redshift (0. 03 < z < 0. 08). After a brief introduction to these aspects, I focused more specifically the SNfactory experiment, which includes two components : a search of supernovae with data from NEAT and QUEST-II surveys from Mont Palomar (California) and a follow-up with the SNIFS instrument, specifically designed for this task and mounted permanently on the University of Hawaii telescope on the Mauna Kea. My task concerned SNIFS spectroscopic channels : a simulation of a datacube and a spectrum extraction method are thus presented here, with a discussion about the PSF to choose. The goal of 1 % précision in flux calibration in photometric nights seems to be reachable with my extraction code. I finally presented an analysis of 10 SNIFS supernovae, including a measurement of expanding velo-city evaluated from blueshift of 4 spectrum features with a new method I designed which is more robust and reproducible method. These measures point out that 20 % of the sample is clearly different from the average behaviour.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (313 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2006) 057
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.