L'influence de polymorphismes de gène de Non-HLA (Cytokines) et non classiques HLA (HLA-E) sur les résultats de transplantation de moelle

par Sherif Elsherbini

Thèse de doctorat en Biologie des cellules sanguines

Sous la direction de Dominique Charron.

Soutenue en 2006

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette étude a été concentrée sur L'influence de polymorphismes de gène de Non-HLA (Cytokines) et non classiques HLA (HLA-E) sur les résultats de transplantation de moelle. 91 patients indiens avec la bêta-thalassémie major et leurs donateurs ont été analysés. Des études de polymorphisme de gène ont été réalisées sur des groupes d'ADN de 91 patient et de leurs donateurs respectifs. Génotypes de distributeur/réceptifs pour le TNF-α308, IL-6-174, IL-10-1082-, -819,-592, IFN-γ-874 and TGF-β1+869, +-915 polymorphismes ont été analysés par PCR-SSP. HLA-E genoryping a été exécuté par SSP. Association significative d'exposition d'analyse entre le patient avec le bas phénotype de IL-6 et l'incidence de GVHD aigu, alors qu'il n'y avait aucune association significative entre le reste de polymorpbisnies de cytokines et l'incidence de GVHD aigu ou chronique. L'analyse n'a pas indiqué n'importe quelle association significative entre les allèles de HLA-E ou les génotypes et les événements d'infection. Cependant, nous avons trouvé une tendance vers l'association entre le homozygosity de HLA-E*0101/E*0101, dans le donateur et le destinataire, et l'incidence de la première infection aussi bien que la maladie de cytomégalovirus (CMV). Nous avons conclu de ce travail que le polymorphisme de gène de IL-6-174C/C a un rôle essentiel sur l'incidence de GVHD aigu et il a double rôle comme pro-inflammatoire et anti-inflammatoire, également nous pouvons présumer l'effet de l'état homozygous de l'allèle HLA-E*0101 comme facteur de risque pour infections graves.

  • Titre traduit

    The influence of Non-HLA (Cytokines) and Non Classical HLA (HLA-E) Gene Polymorphisms in bone marrow transplantation outcomes


  • Résumé

    This study was focused on the non MHC and non classical MHC genetic polymorphisms and their influence on the BMT outcomes. 91 Indian patients with beta-thalassemia major and their donors were analyzed. Gene polymorphism studies were performed on DNA samples of 91 recipients and their respective donors. Donor/recipient genotypes for the TNF-α308, IL-6-174, IL-10-1082-, -819,-592, IFN-γ-874 and TGF-β1+869, +-915 polymorphisms were analyzed by polymerase chain reaction with sequence specific primers (PCR-SSP). HLA-E genotyping was performed by using sequence-specific primer (SSP) strategy. Analysis show significant association between recipient with Low IL-6 phenotype and the incidence of acute GVHD, while there was no significant association between the rest of cytokines polymorphisms and the incidence of either acute or chronic GVHD. Analysis failed to reveal any significant association between HLA-E alleles or genotypes and infection events. However, we found a trend toward association between HLA-E*0101/E*0101 homozygosity, both in donor and recipient, and overall incidence of first infection as well as cytomegalovirus (CMV) disease. We concluded from this work the vital role of rL-6~174C/C gene polymorphism in the incidence of acute GVHD and its double role as pro-inflammatory and anti-inflammatory agent, also we can hypothesize the effect of the homozygous state HLA-E*0101 allele as a risk factor for early severe infections

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (183 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 573 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2006) 039
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.