Le statut de l'observateur en physique classique : études sur la constitution d'une pensée de l'observation et de l'objectivité

par Jean-Pierre Ymele

Thèse de doctorat en Epistémologie, histoire des sciences et techniques

Sous la direction de Michel Paty.

Soutenue en 2006

à Paris 7 .


  • Résumé

    La conception courante de l'objectivité dans ses rapports à l'observation repose sur un rapport dualiste entre le sujet de la connaissance et un objet donné possédant des propriétés intrinsèques et indépendantes. Cette thèse, à la lumière d'une enquête dans quelques pages de l'histoire de la physique classique, montre comment la pensée de l'observation et de l'objectivité s'est constituée en partant de cette conception héritée de Descartes, pour s'orienter progressivement vers une dynamique de relations ou d'interactions dans laquelle le rapport du sujet à l'objet est désormais pensé au travers des médiations par lesquels ce dernier est construit. En effet, depuis le corps et les sens jusqu'aux outils pratiques et conceptuels, une chaîne de médiations lie le sujet à l'objet. De l'évacuation de ces médiations dans la mécanique rationnelle, on montre comment leur pensée s'est ensuite progressivement imposée, et est devenue alors la démarche première d'objectivation. On montre comment le statut de l'observateur fluctue entre l'extériorité qui définit l'objet et l'intériorité qui définit le sujet. L'analyse de l'optique montre comment la lumière oscille entre le statut d'objet du regard et celui d'outil du regard, les deux s'éclairant mutuellement. L'objet n'est plus qu'un objectif auquel l'accès est possible, mais au travers d'une pensée continuelle de ces médiations. Mais l'objet n'est pas pour autant dissout dans cette dialectique ; il est un objectif programmatique vers lequel le regard du sujet est pointé, mais dans le champ duquel, la pensée, en partant des médiations et des interactions, cherche cependant, et sans doute cherchera toujours, à neutraliser ces dernières.


  • Résumé

    The common conception of objectivity in relation to observation depends on a dual relationship between the subject and an object with intrinsic and independent properties. This Thesis sets out to investigate through some pages of the history of classical physics how the thought of observation and objectivity have been built, from Descartes dualistic conception according to which attention is focussed on an object, it moved continuously towards a dynamic of relations and interactions through which the object is constructed. From the body and the senses right down to practical and conceptual tools, the object is known through a mediation chain. From the evacuation of these mediations in the field of rational mechanics, we see how their thought is portrayed. The thought of instruments and these tools of knowledge thus become the first step towards objectivation. An analysis of the role of light in the area of knowledge reveals how light oscillates between thé statute of the object and that of the tool, both of them brighten one another mutually. The object becomes an objective which can be attained through a continuous thought of these mediations. The object is however not dissolve in this dialectics; it becomes a programmatic objective towards which attention is focussed, but in the shot of which the thought, through mediations an interactions, tries and will continue to try to neutralise the latter.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (400 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 257 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2006) 023

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9321
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.