Loyautés incertaines : les travailleurs du bâtiment entre discrimination et précarité

par Nicolas Jounin

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Alain Morice.

Soutenue en 2006

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    A partir du cas du bâtiment, cette recherche veut analyser les contradictions pesant sur le travail salarié, partagé entre : 1) son aspect de marchandise, 2) et l'impossibilité de faire entièrement du travail salarié une marchandise comme une autre. L'octroi d'un statut, même implicite, accompagne et dépasse toujours la dimension purement contractuelle du salariat : il encadre la qualité du travail et la loyauté du travailleur. Ce qui ne signifie pas que le statut octroyé aux travailleurs du bâtiment est uniforme : au contraire, alors que les garanties statutaires historiquement constituées autour du salarial s'y trouvent diminuées, les statuts conférés aux travailleurs sont divers, réinventés localement, liés à des liens personnels, et parfois à l'ethnicité. Dès lors, les modalités de "disparition" et d' apparition du travailleur comme personne doivent être reliées aux conditions de la production. Ce qui amène à formuler cette thèse : contre les risques contre-productifs d'un travail marchandise où le seul ressort de la fourniture de force de travail est la discipline (par la surveillance en chantier, mais aussi les statuts d'emploi, le chômage, les conditions de séjour), le secteur du bâtimenl développe parallèlement aux mécanismes du marché des protections ponctuelles, locales, informelles, créatrices de loyautés, qui dépassent le contrat de travail. Ces protections prennent la forme d'allégeances individuelles, mais aussi de " préférences ethniques ", de discriminations racistes (la valorisation des uns impliquant la dévalorisation des autres). Le passage entre ces deux formes de protection est assuré par la généralité du recrutement par cooptation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (619 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 315 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2006) 009

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9119
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.