Biologie et écologie des Loranthaceæ parasites au Gabon : impact de Phragmanthera capitata sur la productivité des hévéas

par Nestor Laurier Engone Obiang

Thèse de doctorat en Diversité du vivant

Sous la direction de Georges Sallé.

Soutenue en 2006

à Paris 6 .


  • Résumé

    Des prospections, réalisées au Gabon, ont montré que 9 espèces de Loranthaceæ parasitent de nombreux ligneux, parmi lesquels l’hévéa. Nos recherches ont porté sur 15 000 hévéas de la plantation industrielle de Mitzic, appartenant à 7 clones différents. Le pourcentage de parasitisme varie de 19 à 91% selon le clone considéré avec une espèce dominante, Phragmanthera capitata (95%). Si aucune réelle résistance des hévéas aux Loranthaceæ n’a été observée parmi les 7 clones étudiés, une échelle de sensibilité aux parasites a toutefois pu être établie avec GT 1, AVROS 2037, PB 217 et PB 235 pour les sensibles et PR 261, RRIM 600 et PB 260 pour les moins sensibles. Par ailleurs, nos recherches ont montré que la structure anatomique ou la richesse en tanins de l’écorce des branches d’hévéas sains n’est pas corrélée à la réaction mise en jeu lors de l’infestation par les Loranthaceæ. En revanche, les arbres appartenant aux clones les moins parasités sont les plus ramifiés. Considérant plusieurs paramètres, il apparaît que le parasite n’a en fait aucun effet significatif sur la production en latex et sur les propriétés physiques du caoutchouc. Ces résultats, discutés en relation avec la biologie des Angiospermes parasites suggèrent qu’une éradication des Loranthaceæ dans les plantations d’hévéa n’a pas lieu d’être proposée pour le moment.

  • Titre traduit

    Biology and ecology of parasitic Loranthaceæ in Gabon : impact of Phragmanthera capitata on productivity of rubber trees


  • Résumé

    Prospections performed in Gabon, showed that 9 species of mistletoes parasitize many woody trees, among which rubber trees. From our study focussed on the biggest industrial rubber tree plantation of Mitzic, performed on more than 15 000 trees belonging to 7 different clones, it turned out that the percentage of parasitism ranges from 19 to 91% according to the clone. Phragmanthera capitata is by far the major species (about 95%). No real resistance to mistletoes was found for any of the 7 clones. However, a scale of susceptibility could be established, ranging from very susceptible clones like GT 1, AVROS 2037, PB 217 and PB 235 to less susceptible ones like PR 261, RRIM 600 and PB 260. No correlation could be established between the anatomy or tanin levels of bark from healthy trees, and the reaction of rubber trees to Loranthaceæ. On the other hand, a morphometric study showed that the less parasitized clones exhibited the most branched trees. Using several parameters, it turned out that parasitism has no significant effect on latex production and on physical properties of rubber. These results, discussed in relation with the biology of mistletoes, suggest that there is no point, for the moment, to eradicate mistletoes in gabonese rubber trees plantations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (193 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 175-193

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2006 258

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2006PA066258
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.