Résistances des anophèles à Plasmodium : du gène à la population naturelle

par Louis Lambrechts

Thèse de doctorat en Écologie

Sous la direction de Jacob Koella.

Soutenue en 2006

à Paris 6 .


  • Résumé

    Les moustiques anophèles sont les vecteurs du parasite Plasmodium falciparum, l’agent du paludisme humain. Comprendre les mécanismes de défense de l’insecte qui limitent le développement du parasite et donc la transmission de la maladie représente un enjeu important pour l’identification de nouvelles cibles de lutte contre le paludisme. Mais il existe actuellement un profond décalage entre les approches moléculaires, conduites le plus souvent dans des modèles de laboratoires, et l’écologie des systèmes naturels de transmission. Le travail de cette thèse a consisté à aborder la résistance des anophèles à Plasmodium à différentes échelles allant du gène à la population, démontrant (1) le potentiel des approches moléculaires issues de la génomique; (2) la nécéssité de valider les résultats obtenus avec des espèces modèles dans le cas du paludisme humain; (3) l’importance de prendre en compte les caractéristiques des systèmes naturels de transmission (diversité génétique, environnement).

  • Titre traduit

    Resistance of anopheline mosquitoes to Plasmodium : from genes to natural populations


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (169 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 33-47

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T paris 6 2006 191
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.