Inscription spatiale et liens sociaux : une étude sur les identifications possibles entre les Kyminois et les Malgarois, habitants de deux villages voisins au Nord de la Grèce

par Paschalis Ntagteverenis

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michel Maffesoli.

Soutenue en 2006

à Paris 5 , en partenariat avec Centre d'études sur l'actuel et le quotidien (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Monique Hirschhorn.

Le jury était composé de Michel Maffesoli, Kostas Vergopoulos, Ricardo Ferreira Freitas, Monique Hirschhorn.


  • Résumé

    Notre recherche sur les relations entre les Kyminois (villageois d’origines slavophones de la plaine de Salonique) et les Malgarois (villageois d’origines de réfugiés grecs) s’interroge, après quatre-vingt ans de cohabitation conflictuelle, sur ce fait : de quelle manière, le fait de partager le même espace génère des liens sociaux entre deux populations que tout sépare par ailleurs ? Nous étudions les caractéristiques de la vie intersubjective de nos villageois, qui peuvent engendrer des formes d’identifications dépassant leur distinction ethnique. Nous adoptons donc la perspective d’une microsociologie de la création du lien social et non une macrosociologie concentrée sur l’étude des institutions déjà existantes. Notre objectif est donc de voir comment nos habitants gèrent la différence de leurs origines culturelles dans le cadre de leur vie quotidienne et de ses moments extraordinaires, ainsi que les marges de l’identification qui apparaissent, en rendant compte du fait qu’il faut faire avec les habitants du village voisin. Nous cherchons donc les tactiques et les fluctuations de leur modus vivendi commun qui implique la présence de l’autre comme point d’orientation de leurs expressions communautaires et culturelles.

  • Titre traduit

    Spatial inscription and social ties : a study on possible identifications between inhabitants of Kymina and Nea Malgara, two villages in the North of Greece


  • Résumé

    The two villages that we are studying are inhabited by two populations with different cultural and ethnic origins. Their common history is made of conflict over land ownership, fight over moral and cultural matters. In fact the only thing they share together is the space in which they are living. Over 80 years of cohabitation, the only fact of sharing the same spatial inscription has created strong social ties in the ever-going change of rural environment before the forces of urbanization. By adopting a microsociological point of view, we study the concrete ways that everyday living in the same space has participated in the birth of particular capacities of common sense orientated towards the invention of a modus vivendi through creation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (350, 281 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 335-340. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10281
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.