De l'état solitaire à la vie sociale : adaptations d'un groupe de chats des sables (Felis margarita Loche, 1858) et d'un couple de manuls (Otocolobus manul Pallas, 1776) à la vie collective en captivité

par Cécile Régazzi

Thèse de doctorat en Ethologie et sciences sociales

Sous la direction de Jacques Goldberg.

Soutenue en 2006

à Paris 5 , en partenariat avec Laboratoire de biosociologie animale et humaine (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Monique Hirschhorn.

Le jury était composé de Jacques Goldberg, Raymond Pujol, Franklin Rausky, Monique Hirschhorn, Jean-Marc Poupard, David Gomis.

Les rapporteurs étaient Raymond Pujol, Franklin Rausky.


  • Résumé

    Attribuée à certaines espèces animales, la notion de "solitaire" s'oppose généralement à celle de "sociabilité" rencontée chez les espèces ayant un mode de vie collectif et des relations durables entre individus. La vie à l'état solitaire est-elle pour autant exempte de ralations intraspécifiques? A partir de cette interrogation, nous proposons d'étudier les comportements de deux espèces de félins, réputées solitaires en milieu naturel, hébergées dans un milieu particulier qu'est le parc zoologique. Dans cette situation artificielle de captivité, les animaux sont contraints d'adapter leur mode de vie solitaire à une existence collective imposée par ce milieu de vie. L'observation d'un "groupe" de chats des sables (Felis margarita) et d'un "couple" de manuls (Otocolobus manul) a permis de mettre en évidence des modes d'adaptation à la vie collective à travers l'étude des répertoires d'activités solitaires, des répertoires de communication et de l'occupation de l'espace. Le "groupe" de chats des sables et le "couple" de manuls semblent apporter des réponses comportementales différentes face à cette situation. Les membres du "groupe" présentent notamment une certaine "flexibilité" comportementale en acceptant une existence collective dans laquelle transparaît un certain degré de sociabilité. En revanche, les répertoires comportementaux des membres du "couple" montrent une difficulté d'adaptation à la vie collective dont nous ignorons, du reste, si l'origine est liée à l'espèce ou à des caractéristiques proprement individuelles.

  • Titre traduit

    Of solitary state to social life : adaptations of a group of sand cats (Felis margarita Loche, 1858) and of a pair of Pallas' cats (Otocolobus manul Pallas, 1776) to collective life in captivity


  • Résumé

    Attibuted to some species, the notion of "solitary" is usually contrasted with that of "sociality" found in the species having a collective way of life and durable relations between individuals. Does the life of a solitary animal mean that it is free from intraspecific relations? Basing our work on this question, we propose to study the behaviors of two species of felids, which are famous for being solitary in their natural habitat, when they are housed in a particular environnement which is the zoological garden. In this artificial situation of captivity, the animals are forced to adapt their solitary way of life to a collective existence imposed by this environment. The observation of a "group" of sand cats (felis margarita) and of a "pair" of Pallas'cats (Otocolobus manul) made it possible to reveal modes of adaptation to the collective life through the study of repertories of solitary activities, repertories of communication and of the use of space. The "group" of sand cats and the "pair" of Palla's cats seen to have different behavorial answers when they are put in this situation. The members of the "group" in particular show a certain behavorial "flexibility" by accepting a collective existence which involves a certain degree of sociability. On the other hand, the behavorial pattern of the members of "pair" shows their difficulty to adapt to collective life. Besides, we are unaware if the origin of this difficulty depends on the species or is merely an individual characteristic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (381 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 331-350

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9476
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.