La longue marche de l'Afrique vers l'intégration, le développement et la modernité politique

par Ahmed Mohamed Ghadhi

Thèse de doctorat en Sciences juridiques

Sous la direction de Edmond Jouve.

Soutenue en 2006

à Paris 5 .


  • Résumé

    Cette thèse retrace, dans une première partie, les principales étapes de l'évolution économique et politique du continent africain, des indépendances à la naissance de l'Union africaine en 2002. Elle fait ressortir les causes profondes de la marginalisation de l'Afrique, de la pauvreté et de la misère qu'elle connaît depuis de longues décennies. Elle en impute la responsabilité première au choix qui a été fait dès l'accession de la majorité des Etats africains à la souveraineté internationale privilégiant la construction de l'Etat Nation sur celle d'un minimum d'unité qui devait aboutir, à long terme, aux Etats Unis d'Afrique. Le compromis minimaliste adopté à Addis Abéba, donna naissance à une organisation, l'OUA, sensée rassembler les Africains et organiser entre eux une réelle solidarité autour de projets communs en vue de donner aux peuples du continent un sens à leur destin et les conduire vers le progrès économique et social. L'Etat Nation africain est aujourd'hui un échec, il est en faillite, inefficace et incompétent. Décennie après décennie, le continent africain se marginalisait pour ne représenter aujourd'hui que moins de 2% du PIB mondial et 1% du commerce international malgré ses immenses ressources. La grande pauvreté, sous toutes ses formes (près de 40% des Africains vivent avec moins de 1 dollar par jour) est apparue comme la cause principale de l'absence de tout progrès économique et social. Au tournant du siècle dernier, les dirigeants politiques africains semblaient avoir pris conscience de la responsabilité principale qui leur incombait de trouver les solutions qu'il fallait pour sortir de la crise et enclencher un véritable développement économique, social et politique du continent. La deuxième partie de la thèse analyse les nouvelles initiatives prises par les Africains à l'aube du 21ème siècle (Union africiane et NEPAD), en tant que stratégies de rupture consacrant l'entrée du continent dans la modernité, permettant de sortir de la crise endémique et de tirer le meilleur profit du processus de mondialisation.


  • Résumé

    This thesis recalls, in a first part, the principal stages of the economic and political evolution of the African continent from independences to the birth of the African Union in 2002. It emphasizes the major causes of the marginalisation of Africa, poverty and the misery which it knows since long decades. It charges the responsibility for it first to the choice which was made at the accession of the majority of the African States to international sovereignty, privileging the construction of the State Nation on that of a minimum of unit which was to succeed, in the long run, in the United States of Africa. An option rejected by the Conférence constitutive of the OAU in Addis Ababa in spite of the plea made in its favour by the Ghanaian president of the time, Kwame Nkrumah. The minimalist compromise adopted in Addis Ababa, gave rise to an organization, the OAU, judicious to gather the Africans and to organize between them a real solidarity around joint projects in order to give to the people of the continent a direction to their destiny and to lead them towards economic and social progress. However the African State Nation is today a failure, it is in bankruptcy, ineffective and inefficient. Decade after decade, the African continent was marginalized to represent today only less than 2% from the world GDP and 1% of the international trade in spite of its immense resources. With the turning of last century, the African political leaders seemed to have become aware of the principal responsibility which fell to them to find the solutions that it was necessary to leave the crisis and to engage a true economic development, social and policy for the continent. The second part of the thesis analyses the new initiatives taken by the Africans at the dawn of 21st century (African Union and NEPAD), as strategies of rupture devoting the entry of the continent in political modernity, making it possible to leave the endemic crisis and to benefit best from the process of globalisation. The African union has an economic project , the New partnership for the development of Africa (NEPAD).

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par l'Harmattan à Paris

La longue marche de l'Afrique vers l'intégration, le développement et la modernité politique


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (512 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 442-455

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de la Faculté de Droit (Malakoff, Hauts de Seine). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par l'Harmattan à Paris

Informations

  • Sous le titre : La longue marche de l'Afrique vers l'intégration, le développement et la modernité politique
  • Dans la collection : Études africaines
  • Détails : 1 vol. (571 p.)
  • ISBN : 978-2-296-07801-7
  • Annexes : Bibliogr. p. 495-506. Notes bibliogr. Liste de sites internet. p. 507-508
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.