Le commerce des toiles peintes et imprimées "indiennes" en France au temps de la Prohibition (octobre 1686-septembre 1759)

par Olivier Nantois

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Jean-Pierre Poussou.

Soutenue en 2006

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les toiles de l’Inde, peintes ou imprimées -communément appelées indiennes -et importées par la Compagnie française des Indes aux XVIIe et XVIIIe siècles, firent l’objet d’une très grande fascination en France. En partant de la présentation de l’état des connaissances de l’artisanat et du commerce des indiennes en Inde, notre étude s’attache à montrer, par la suite, qu’en dépit de cet engouement, leur diffusion se heurta à une législation prohibitive promulguée par l’administration royale, le 26 octobre 1686 : interdisant le port, la fabrication et le commerce de ces nouvelles étoffes en France. En mettant en évidence les causes et les limites de l’application de l’interdiction, nous avons montré que la « vogue » des indiennes ne fut pourtant jamais remise en cause. En effet, malgré les condamnations, ces étoffes continuaient d’être portées, de circuler et surtout faisaient l’objet d’une vaste contrebande dans l’ensemble du royaume jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Il ressort que l’incohérence de cette interdiction sur les indiennes entraîna la « Querelle des toiles peintes » (1755-1759) mettant un point final à la prohibition. Le commerce des indiennes, au temps de la prohibition, est certainement l’une des pages les plus surprenantes de l’histoire économique et sociale de la France, à l’Époque moderne.

  • Titre traduit

    The trade of painted or printed fabrics cottons "Chintz" in France during the prohibition (october 1686 - september 1759)


  • Résumé

    Indian fabrics cottons, painted or printed -commonly called printed « chintz » -and imported by the French Company of India in XVIIth and XVIIIth centuries, were the object of a very great fascination in France. On the basis of the presentation of the state of knowledge craft industry and trade of « chintz » in India, our study attempts to show, thereafter, that in spite of this craze, their diffusion of these fabrics encountered a prohibitory legislation promulgated by the royal administration, October 26th, 1686 : prohibiting the use, the manufacture and the trade of these new fabrics in France. Highlighting the causes and the limits of the application of prohibition, we showed that the « vogue » of « chintz » was however never called into question. In effect, in spite of condemnations, these fabrics continued being carried, circulating and especially were the object of a vast smuggling in the whole of the kingdom until up to the middle of the XVIIIth century. It emerges that the inconsistency of this ban on the « chintz » involved the « Quarrel of painted fabrics » (1755-1759) putting a final point at prohibition. The trade of the « chintz », at the time of prohibition, is certainly one of the most surprising pages of the economic and social history of France, during the Ancien régime.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (679 f.)
  • Annexes : 542 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?