Sémiologie textuelle d'un évènement historique : la guerre entre les Etats-Unis et le Mexique (1846-1848)

par Claudia Molinari

Thèse de doctorat en Études romanes

Sous la direction de Milagros Ezquerro.

Soutenue en 2006

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le point de départ est la guerre qui se déroula au milieu du XIXe siècle entre les Etats-Unis et le Mexique. Je m'appuierai sur l'analyse de trois univers discursifs :1. Les discours de l'Etat américain en relation avec "La guerre mexicaine", le Destin Manifeste et le Rêve Américain (Le journal et les messages publics du Président James Knox Polk :1795-1849) 2. Ceux de l'Etat mexicain, avec "l'invasion nord-américaine et l'invasion des barbares indiens" (Les mémoires, la déclaration de guerre et le manifeste du général Antonio Lopez de Santa Anna : 1794-1874) 3. Et enfin, ceux d'un chef "indien" chiricahua au sujet de la "Conquête de l'Ouest" et de sa guerre contre les Mexicains et les Anglo-américains (Les mémoires du Chef apache Géronimo :1829-1909). Mon intention est de comprendre l'Histoire depuis la position d'un sujet alfa (dans le cas qui m'intéresse, de plusieurs sujets culturels) qui relate certains événements non comme historien mais comme acteur et "faiseur" de l'Histoire. C'est la raison pour laquelle, j'ai choisi trois textes élaborés par des sujets parlants qui, par leurs actes et leurs discours, ont eux-mêmes contribué à construire l'Histoire de leur époque, depuis des positions évidemment très différentes, chacun d'entre eux ayant appartenu à des groupes sociaux en conflit pour le contrôle de territoires, et, qui plus est, dont les visions de la guerre s'opposaient. En termes de reconstruction historique, la guerre peut être considérée comme un ancrage sémiotique dans un monde social au sein duquel la relation de pouvoir confère un sens à la trame de l'Histoire. La guerre est un événement qui interrompt et transgresse l'ordre social mais qui en même temps le reproduit, voire le consolide ; elle génère toute une série de “formations idéologiques”, d´ensemble de “formations discursives” autour des justifications de cette pratique guerrière dans le monde social dans lequel la relation de pouvoir n´est pas explicite: l´idéologie. La méthodologie d'analyse des textes sélectionnés articule la sémiologie textuelle de M. Ezquerro et la sociocritique de E. Cros ainsi que les concepts de l'anthropologie. Le but de la recherche est de créer un outil historique d'analyse appliqué à des documents écrits. Il permettra à l'historien de décrire un événement de façon polyphonique, en analysant les différentes voix des sujets impliqués dans l'événement ; puis en reliant ces différents univers discursifs (apparemment indépendants les uns des autres) pour comprendre une trame plus complète, pour ainsi dire transculturelle, du devenir social dans un contexte déterminé, à partir de la rupture sociale et de la représentation de l'altérité.

  • Titre traduit

    Textual semiology of a historical event: the war between Mexico and United States of America, 1846-1848


  • Résumé

    This work is a historiographic and semiotic approach to the war between Mexico and the United States of America, which in 1847 allowed the United States to annex half of Mexico's territory to itself. This approach is made through the textual analysis of the personal journals of the presidents of Mexico and of the United States of that time, Antonio López de Santa Anna and James Knox Polk, and of the personal story of Geronimo, as told by himself to S. M. Barrett. This provides three different versions of common historical facts: the war conflicts, lived from different power positions, and conceived as three “cultural texts”, each expressing ways that are culturally and historically conditioned by action and response to the event of the armed conflict, and that are synthesized in phrases that vehicle an ideology, that is to say, a subjective cosmogony both positioned and expressed discursively.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (430 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 90 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6404

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9304
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.