L'âme symboliste

par David Totibadzé-Shalikashvili

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Sous la direction de Pierre Brunel.

Soutenue en 2006

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les origines du mouvement symboliste se situent entre 1880 et 1920. Il est issu à la fois de divers courants philosophiques et des œuvres de poètes précurseurs, tels Baudelaire et Verlaine. Cette étude replace la poésie symboliste à l'Ouest et à l'Est de l'Europe dans le contexte historique et littéraire des deux dernières décennies du XIXème siècle. Elle cherche d'abord à montrer comment les poètes symbolistes, affectés par un dégoût d'eux-mêmes et de désespoir en la vie, se sont d'abord laissé aller au spleen et à une complaisance marquée pour la décadence. Elle présente ensuite leur remontée vers la lumière sous l'effet de l'émergence de l'âme qui les anime et les pousse à créer. Car le plus important est le travail que les poètes font sur leur âme, la plaçant au centre d'eux-mêmes et du monde, par leur culte du beau, la création d'atmosphères symbolistes, leur quête de purs au-delà infinis et indéfinis, leur rapport à l'Eternel féminin, la certitude qu'existe un monde où règne l'Absolu. La thèse s'achève sur les apports du Symbolisme à la poésie, à savoir la redéfinition du rôle du poète, l'élaboration d'une nouvelle poésie dite "pure", la volonté de faire du symbolisme un idéalisme, voire un mysticisme. La poésie symboliste permet au poète comme à son lecteur de se sentir en symbiose avec l'univers et son Créateur, et d'atteindre un au-delà de la création tout entière dans lequel le poète va se reconnaître. Partie d'une enquête exhaustive de la vie et de l'œuvre du poète géorgien Térénti Granéli, cette étude tend à montrer comment le mouvement symboliste européen s'est peu à peu mué de recherche d'idéalisme en quête mystique. Ce travail explore le cheminement de l'âme symboliste, ses diverses manifestations et l'objet ultime de sa quête : créer de la "poésie pure", dans les œuvres des principaux poètes européens, ainsi que russes et géorgiens, connus ou moins connus, de ce courant, des années 1880 à l'aube du XXème siècle.

  • Titre traduit

    The soul symbolist


  • Résumé

    The origins of the symbolist movement took place between 1880 and 1920. It was preceded by various philosophical ideas and the works of precursory poets such Baudelaire and Verlaine. This study replaces the symbolist poetry in Eastern and Western Europe in the historic and literary context of the last two decades of the XIX century. In the first place it tries to show how the symbolist poets, affected by a disgust for themselves and a despair of life, have first let themselves go to spleen and to a marked complacency for decadence. It then presents their rise to the light under the action of the emergence of the soul, which leads them and pushes them to create. Because what is most important is the work done by the poets on their soul replacing it in the centre of themselves and of the world by their cult of beauty, the creation of symbolist atmospheres, their quest of pure infinite undefined beyonds, their relation with the eternal feminine, the certitude that there is a world where the absolute prevails. The thesis ends with the contribution of symbolism to poetry: a new definition of the poet's role, the elaboration of a new “pure” poetry, the will to transform symbolism into idealism and even mysticism. The symbolist poetry allows the poet and his reader to feel in symbiosis with the universe and its Creator and to reach a beyond of the entire creation in which the poet will recognize himself. This study is a part of an exhaustive inquiry into the life and work of the Georgian poet Terenti Graneli; it aims at demonstrating how the European symbolist movement little by little turns from a search of idealism into a mystic quest. This work explores the progress of the symbolist soul, its various appearances and the final aim of its quest: to create "pure" poetry, in the works of the main European as well as in Russian and Georgian poets, whether they are known or less known in this movement from the years 1880 to the beginning of the XX century.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par l'Harmattan à Paris

L'âme symboliste : les fleurs mystiques des poètes oubliés


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (460 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6366

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9159
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par l'Harmattan à Paris

Informations

  • Sous le titre : L'âme symboliste : les fleurs mystiques des poètes oubliés
  • Dans la collection : Critiques littéraires
  • Détails : 1 vol. (350 p.)
  • ISBN : 978-2-296-02281-2
  • Annexes : Bibliogr. p. [317]-343. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.