Genèse et réception de Cléo de 5 à 7 d'Agnès Varda

par Bernard Bastide

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Michel Marie.

Soutenue en 2006

à Paris 3 .


  • Résumé

    La réalisation de la Pointe courte en 1954 vaut très tôt à Agnès Varda (née en 1928) le surnom de « mère de la Nouvelle vague ». Mais la cinéaste doit néanmoins attendre sept ans avant de pouvoir réaliser un deuxième long métrage, Cléo de 5 à 7 (1962). Ce film fait à la fois l’objet d’une analyse génétique et d’une étude de réception, toutes deux mises en résonance avec l’histoire culturelle de la France du début des années 1960. Transformant en créativité les contraintes de son producteur, puisant son inspiration à des sources littéraires (Diderot) et plastiques (Baldung Grien), Varda imagine un personnage de chanteuse populaire dans l’attente de résultats médicaux. Douchée par sa peur, la jeune femme cesse d’être une femme spectacle et découvre l’altérité. Dès les premiers synopsis, la cinéaste s’impose un cadre formel auquel elle ne dérogera pas : un récit au temps présent, découpé en chapitres, dans lequel les durées et les trajets sont vrais. Après une phase préparatoire qui lui permet de collecter un important matériau visuel et sonore, le film est tourné au cœur même du quatorzième arrondissement de Paris. Désireuse de dater son film, Varda évoque non seulement les grandes peurs des Français en 1961 – le Cancer, la guerre d’Algérie - mais aussi enchâsse dans son film un « vrai faux » bulletin d’informations radiophoniques d’Europe n°1. Bénéficiant d’une communication très inventive, à base d’avant-première, de novellisations et d’entretiens, le film séduit critiques et public. Très tôt qualifié de « chef-d’œuvre », Cléo de 5 à 7 a résisté aux affres du temps et demeure, aujourd’hui encore très présent dans les histoires du cinéma.

  • Titre traduit

    Genesis and reception of Agnes Varda's Cleo from 5 to 7


  • Résumé

    Agnès Varda (born in 1928) was named the « mother » of the Nouvelle Vague not long after she had realised La Pointe courte in 1954. However the director had to wait for seven years before being able to direct her second feature film Cléo from 5 to 7 (1962). Both the genesis of the film and the way the audience reacted to the film are analysed in relation with the cultural history of France in the 1960’s. Varda turned her producer’s constraint into creation, she drew inspiration from literary (Diderot) and plastic (Baldung Grien) sources. She imagined her character as a popular singer waiting for medical check-up results. Stressed by anxiety, the young woman stops being a show woman and discovers otherness. From the very first synopsis the film maker sets herself a formal frame from which she will never depart : a present tense narrative divided into chapters in which lengths and distances are real. After a long preparatory phase which allows her to collect an important visual and sound material, the film is shot in the 14th district of Paris. Willing to relate the film to the historical reality of the moment, Varda evokes the great fears of the French in the 1960’s such as cancer, the war in Algeria and she also embeds her film into a “real fake” radio piece of news on Europe 1 radio station. Benifitting from a very imaginative publicity composed of previews, novelizations and interviews, the film appealed to both the critics and the audience. Immediately considered as a “masterpiece”, Cléo from 5 to 7 has resisted the trials of time and still remains very present in the histories of cinema today.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (387 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 339-356

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9678
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.