Le décor intérieur des demeures à la mode dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle (Paris et Ile-de-France)

par Alexia Lebeurre

Thèse de doctorat en Histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de Daniel Rabreau.

Soutenue en 2006

à Paris 1 .


  • Résumé

    Jusqu'au XVIIIe siècle, la réalisation du décor intérieur - cet art « partagé en une infinité de branches libérales et mécaniques» pouvait échoir aussi bien à des artisans (menuisiers, peintres et sculpteurs ornemanistes, tapissiers, etc. ) qu'à des artistes proprement dits (peintres et sculpteurs figuristes, architectes). La présente étude examine comment, à partir de 1750 environ, le mouvement de restauration des principes académiques conduit les architectes à s'emparer de ce secteur d'activité et à s'imposer comme le concepteur légitime des décors intérieurs (au moins pour les plus prestigieux). Au lieu de privilégier une approche stylistique, on s'interroge ici sur les valeurs qui structurent l'habitat et son décor. La traditionnelle fonction de représentation assignée au décor cohabite désormais avec la recherche du confort, de l'intimité, du plaisir et de l'étonnement. Pour cela, les architectes - après s'en être servis - s'affranchissent progressivement des normes académiques et de leurs modèles consacrés. Le décor à la mode est un laboratoire esthétique permettant à l'architecte d'affirmer les valeurs d'invention et d'imagination qui fondent son génie. Miroirs, procédés «magiques », formes séduisantes (arabesques, goût exotique, motifs ou éléments puisés dans la nature) sont quelques-uns des outils privilégiés avec lesquels l'architecte compose des décors spectaculaires qui font de la demeure un véritable théâtre de l’intime

  • Titre traduit

    Interior decoration of fashionable mansions in the second half of the eighteenth century (Paris and the Ile-de-France)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 5 vol. (1037 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 333-353

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 06 : 113

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9543
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/3553
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.