Faire la peau. . . : la musique au risque de la plasticité

par Frédéric Mathevet

Thèse de doctorat en Arts et science de l'art

Sous la direction de Costin Miereanú.

Soutenue en 2006

à Paris 1 .


  • Résumé

    La plasticité est envisagée comme une pensée des mains, qu'il s'agit de men1aliser comme un mouvement simultané du corps et de r esprit : une gymnastique. Son lieu: le méta - atelier, espace de travail labile et mutable. Celui-ci ne privilégiant aucun matériau, accepte les son&, et donc pourquoi pas la musique en entier. Puis le processus compositionnel au risque de la plasticité change radicalement tous les niveaux substantiels de la musique. Le son est rendu à ses dimensions concrètes et ne se satisfait plus des catégorisations usuelles. Au contraire, c'est un son reconnecté au réel, c'est-à-dire à toutes les dimensions sensibles du milieu qui l'a vu naître qui est privilégié dans l'atelier du plasticien. En effet son objet sonore, fait signe: il bouleverse l'écoute réduite. Alors, il se dégage plusieurs possibilités compositionnelles pour le musicien plastique: une pratique musicale "in situ" qui se déduit de l'observation d'une circonstance, ou la construction d'une circonstance multi-sensible.

  • Titre traduit

    Make skin. . . : music at the risk of plasticity


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (547 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 106-111

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 06 : 11

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9224
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.