Différenciation populationnelle chez le parasitoïde Cotesia plutellae (Kurdjumov) (Hymenoptera: Braconidae) : génétique, comportement et évolution

par Claudia Rincon

Thèse de doctorat en Biologie des populations et écologie

Sous la direction de Denis Bourguet.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La lutte biologique représente une alternative durable pour lutter contre les populations de la teigne des Brassicacées Plutella xylostella (L. ) (Lepidoptera: Plutellidae), actuellement résistantes aux insecticides de synthèse. Cotesia plutellae (Kurdjumov) (Hymenoptera: Braconidae), le principal parasitoïde, est introduit à travers le monde dans les zones ou il absent ou peu efficace. Les résultats de ces introductions sont toujours incertains, souvent négatifs. Dans l'objectif d'avancer des éléments pour l'amélioration de la gestion des introductions, nous avons étudié la différenciation entre populations du parasitoïde, du point de vue taxonomique et du point de vue comportemental. Du point de vue taxonomique, des analyses morphométriques et génétiques montrent l'existence d'au moins deux groupes au sein de l'espèce. Les études morphométriques ont mis en évidence que le dimorphisme sexuel est plus accentué dans le premier groupe que dans le deuxième. Un marqueur moléculaire nucléaire a montré la monophyllie du premier groupe. Pour le deuxième, on observe une polytomie basale. Ces deux groupes sont partiellement incompatibles reproductivement. La nature de ces isolements semble d'origine génétique mais influencée par l'infection par Wolbachia. Seuls des isolements reproductifs de type post-copulatoires ont été mis en évidence, conformément à l'hypothèse d'une différenciation en allopatrie. Du point de vue comportemental, j'ai étudié la différentiation entre populations de la réponse à différents stimuli environnementaux. Je me suis intéressée à la réponse fonctionnelle, à la réponse à l’interférence, au déterminisme du sexe ratio et au comportement superparasitisme. Toutes les réponses comportementales se sont avérées différenciées de façon cohérente avec la différenciation taxonomique. Le caractère adaptatif de la différenciation a été abordé par des simulations théoriques. Nos travaux suggèrent que C. Plutellae a évolué en deux écotypes comportementaux, peut-être par sélection naturelle. Leur utilisation en lutte biologique est discutée.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 227 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.