Réponses lymphocytaires T cytotoxiques et cellules dendritiques génitales : potentiel vaccinal de la sous-unité B de la toxine cholérique

par Carmelo Luci

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Fabienne Anjuere.


  • Résumé

    La muqueuse cervico-vaginale constitue la principale porte d’entrée des agents infectieux responsables des maladies sexuellement transmissibles. Il est admis qu’une barrière immunitaire muqueuse constituée d‘anticorps (immunoglobulines sécrétoires de type IgA) et de lymphocytes T cytotoxiques muqueux (CTLs) devrait limiter respectivement la transmission des pathogènes et l’élimination des cellules infectées. Dans ce contexte, l’objectif de cette thèse a consisté à évaluer l’immunogénicité d’un vaccin prototype, administré par voie vaginale, composé d’antigènes couplés à la sous-unité B non toxique de la toxique cholérique (CTB), vecteur de délivrage d’antigènes aux propriétés immunomodulatrices mal connues. Ainsi, l’immunisation par voie vaginale de CTB couplée à un antigène protéique (ovalbumine ou un fragment de la glycoprotéine gp41 du VIH) conduit à la génération de CTLs localisés au niveau de la muqueuse génitale. De plus, nous avons montré qu’une population particulière de cellules dendritiques (DCs), exprimant le marqueur CD11b, est responsable de l’initiation de ces réponses. La déplétion sélective des cellules de Langerhans (LCs), présentes au niveau de l’épithélium vaginal, augmente l’amplitude des réponses cytotoxiques vaginales, suggérant un rôle régulateur des LCs dans ces réponses. La production de chimiokines et l’augmentation de la fréquence des DCs dans le tissu vaginal peuvent expliquer les propriétés immunostimulantes de la CTB par voie vaginale. Ces résultats suggèrent que le ciblage in vivo des DCs CD11b+ des ganglions drainants ne dérivant pas des LCs devrait être bénéfique pour l’activation de CTLs après une immunisation par voie génitale.

  • Titre traduit

    Cytotoxic T cell responses and genital dendritic cells : potential of the B subunit of cholera toxin in vaccination


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The vaginal mucosa constitutes the major site of infection by numerous pathogens responsible for sexually-transmitted diseases. Mucosal vaccination represents an attractive strategy to stimulate the local immune system (secretory immunoglobulins IgA, cytotoxic T lymphocytes) to reduce pathogen replication and spreading. In that context, the aim of this study was to evaluate the immunogenicity of a prototype vaccine, administered by vaginal route, composed with the non toxic B subunit of cholera toxin (CTB) linked to heterologous antigens. We have shown, that vaginal immunisation with CTB co-linked with ovalbumin or a epitope derived from the HIV-1 gp41 glycoprotein, induces genital cytotoxic responses (CTLs). Furthermore, we have demonstrated that a population of dendritic cells (DCs), expressing the CD11b marker, was responsible for the initiation of those responses. Finally, we have shown that depletion of Langerhans cells (LCs), which represent the DC subset located in the vaginal epithelium, increase vaginal cytotoxic responses suggesting that they had a regulatory activity onto intravaginally-induced cytotoxic T cells responses. The adjuvant properties of CTB by vaginal route might be explained by the local production of chemokines and by the increase of frequency of DCs in the vaginal tissue. These data suggest that the in vivo targeting of specific DC subsets might have an impact on the discovery of more potent vaccine formulations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (125 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 94-124. Résumé en français

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 06NICE4039
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.