La femme et le merveilleux entre Carnaval et Carême dans Le piacevoli notti de Giovanfrancesco Straparola

par Rosaria Iounes

Thèse de doctorat en Langue et littérature italiennes

Sous la direction de Denis Fachard.

Soutenue en 2006

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Fondée sur une analyse conjointe des contes et énigmes des Piacevoli notti, cette étude met en lumière la nature de la relation instaurée entre les femmes et le merveilleux au cours de la période Carnaval - Carême. Les objets magiques, les animaux parlants, les métamorphoses, mais aussi le merveilleux religieux revu et corrigé par le biais de la parodie, entendue selon la pensée bakhtinienne, constituent autant de vecteurs synonymes de quête, d'épreuve, mais aussi d'aide et de récompense. La représentation des femmes est tantôt classique, lorsque la beauté se conjugue avec la bonté, tantôt subversive, lorsqu'une femme vieille et laide incarne la suprématie de la Vie sur la Mort, et tantôt dénigrante, lorsque l'allégorie aboutit à la vision d'un corps féminin violenté. Elle concourt à expliquer qu'après avoir été le plagiaire d'une partie des Novelle e favole de Girolamo Morlini, Giovanfrancesco Straparola ait été à son tour plagié par des conteurs italiens et français de renom.

  • Titre traduit

    Woman and the fantastic element between Carnival and Lent in the Giovanfrancesco Straparola's Piacevoli notti


  • Résumé

    Based on a joint analysis of the two elements of this work, tales and riddles, this study has for aim to enlighten the nature of relationship established between women and the fantastic element, during the Carnival-Lent's period, revised by parody, according to the bakhtinian idea. Magical objects, speaking animals, metamorphoses and the religious fantastic element are vectors synonyms of quest, ordeals as well as help and reward. Giovanfrancesco Straparola's representation of women, as it is determined by the fantastic element, is sometimes classical when the beauty is linked to goodness, sometimes subversive when an ugly, old woman embodies the supremacy of Live over Death, and sometimes denigrating when the allegory results in the vision of the body as an assaulted woman. This partly explains why, after having been the plagiarist of some the Girolamo Morlini's Novelle e favole, Giovanfrancesco Straparola has himself been plagiarized by famous Italian and French storywriters.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (358 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 345-354. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : LN 006/27
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.