Le marché de la carrosserie à Paris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle à travers les "affiches annonces et avis divers" : l'approche d'une industrie de luxe, de corps de métiers variés, de la société, et des rapports avec les carrossiers des pays européens

par Luc Baby

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Henri Michel.

Soutenue en 2006

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Le marché de la voiture à Paris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, peut être abordé, malgré leurs limites, par les annonces des Affiches de Paris. Produit de luxe, composé de voitures neuves et de « hazard », il est en progression constante au cours de la période grâce à l’enrichissement des élites et au développement du cabriolet, pour s’effondrer au moment de la Révolution. Il fait l’objet d’importations et d’influences d’Allemagne, puis d’Angleterre mais aussi d’Italie et de Bruxelles, et d’exportations dues à la renommée de la carrosserie française. Il concerne tous les types de voitures adaptés aux exigences de la vie sociale et fait appel à la sécurité, à la souplesse et à la mode, qui suit celle des arts décoratifs. Acquéreurs et vendeurs, au cours des années, s’échelonnent du roi et de la famille royale aux bourgeois enrichis. Il est le fait des artisans privilégiés et des maîtres des corps de métiers, de marchands qui, à partir des années 1770, créent des magasins spécialisés. Ce marché témoigne de l’évolution d’un objet de luxe qui est un élément insigne des arts décoratifs.

  • Titre traduit

    The sale of carriages in Paris during the second half of the 18th century. At that time, the manufacture of this luxury item was in full swing, in competition with some of its North European neighbours, such as Germany, England and the Netherlands


  • Résumé

    The success of the carriage market in the second half of that century in Paris can, in part, and despite its limitations, be put down to advertising by posters “Affiches de Paris”. This de luxe product made up of new designs and some good fortune, continued its upward progression during those times when the ‘Elite’ were growing richer and the soft top (cabriolet) coach was being developed, only to be followed by total collapse of the industry at the commencement of the French Revolution. The manufacture was the subject to German imports and influences followed by English and also Italian and Belgian ideas. Its export business was founded on the excellent reputation of French coach bodywork builders. This market covered all types of coaches which were appropriate to demands made by social lifestyles, safety, gracefulness and encompassed the latest fashion. Buyers and sellers over the years have included everyone from kings and other royalty to the newly wealthy middle classes. It is a product made by specialist tradesmen and master craftsmen who since 1770 have developed highly specialist workshops. This market has witnessed the evolution of a luxury product into a badge of honour of the decorative arts (or art-deco).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (396, 156 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 101-138 du volume 2. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2006.MON-57

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2006MON30057
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.