La théâtralité dans les "Chroniques romanesques" de Jean Giono : pour une esthétique dramatique du récit

par Sébastien Cauquil

Thèse de doctorat en Littérature française. Centre du XXe siècle

Sous la direction de Jean-François Durand.

Soutenue en 2006

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Giono, « l’artisan d’images », a, depuis ses premières œuvres, accordé une importance capitale au spectaculaire et pour ce faire à la mise en scène du texte ; or, cette théâtralisation du récit ne prendra toute sa dimension qu’après la seconde guerre mondiale avec les Chroniques romanesques. En effet, la théâtralité met en relief un véritable travail de dramaturgie romanesque ainsi que la mise en scène de la création artistique dont les coulisses nous sont dévoilées par le romancier lui-même dans Noé en grande partie. Toutefois ne nous y trompons pas, la théâtralité des « œuvres de braise » ne se confond pas avec celle des ouvrages de jeunesse car Giono a triomphé de l’enchantement lyrique ; il dénonce tout en la glorifiant l’illusion du monde et de la fiction. L’écrivain en adoptant « le point de vue de Sirius » nous offre un « spectacle d’écriture », pour reprendre deux expressions gioniennes, où règnent l’ironie et le divertissement avec son versant négatif, l’amertume. Aussi la théâtralité révèle-t-elle plusieurs strates puisqu’elle procède à la fois de l’ironie mais aussi de sources littéraires disparates qui ancrent la théâtralité dans un vaste espace culturel dans lequel dialoguent, entre autres, Eschyle, Sophocle, Euripide, Shakespeare. D’ailleurs ces deux pôles, grec et shakespearien, animent la création romanesque tant au niveau thématique que structural en tant que constantes d’écriture, apolliniennes et dionysiennes. Le thème baroque du grand théâtre du monde alimente aussi dans ces chroniques une théâtralité riche en personnages-comédiens qui portent masques et costumes dans un univers métamorphosé en un gigantesque décor théâtral, erratique et coruscant.

  • Titre traduit

    ˜The œtheatricality in Jean Giono's "Chroniques romanesques" : for a dramatic aesthetics of the narrative


  • Résumé

    Giono, "author of images", since his first books, has attached a great importance to the spectacular and therefore to the staging of the text ; but the desire of dramatizing the narrative will be truly important after the second world war with Chroniques romanesques. As a matter of fact, the theatricality highlights a great work of novelistic dramaturgy as well as a staging of artistic creation whose greatest part was revealed by the novelist himself in Noé. However let's make no mistake about it, the theatricality of "books of embers" does not merge with the one of youthful works, for Giono has triumhed over the lyrical enchantment, he denounces, just as he glorifies it, the illusion of the world and fiction. The writer, adopting "Sirius's point of view", gives us a "performance of writing", resuming two expressions of Giono, where irony and entertainment with its negative side, bitterness, prevail. Moreover, theatricality can be multi-faced since it originated both in irony and dissimilar literary sources which sticks Giono's theatricality to a vast cultural space and which makes it deal, among others, with authors such as Sophocles, Aeschylus, Euripides, Shakespeare. Besides, these two poles, greek and shakespearian, give life to Giono's creation where themes are concerned, as well as structures as constants of writing, appollinian and dionysian. On the other hand, the baroque theme of the big theatre of the world feeds in tis chronicles a rich theatricality concerning the actor-characters who wear masks and costumes in the centre of a metamorphosed universe becoming a gigantic theatrical set, erratic and shining.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (712 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 685-700

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2006.MON-56
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.