Contribution à la surveillance entomologique et épidémiologique de l'onchocercose en Afrique de l’Ouest

par Ako Aimé Gilles Adjami

Thèse de doctorat en Biologie moléculaire. Parasitologie

Sous la direction de Gérard Cuny.

Soutenue en 2006

à Montpellier 2 .


  • Résumé

    En Afrique de l'Ouest, cette endémie parasitaire n'est plus un problème de santé publique, ni un obstacle au développement socio-économique. Cependant, l’OCP n’ayant visé l’éradication ni du vecteur (Simulium damnosum s. L. ), ni du parasite (Onchocerca volvulus), ces composantes du système pathogène persistent. Contrairement aux foyers onchocerquiens d’Amérique Centrale et du Sud, l’éradication de l’onchocercose en Afrique n’est pas envisageable dans la plupart des foyers, avec les outils actuels de lutte que sont l’ivermectine et la lutte anti-vectorielle. L’un des obstacles à l’éradication de l’onchocercose en Afrique de l’Ouest est la capacité du vecteur à se déplacer sur de grandes distances. L'objectif de ce travail a porté sur les mouvements simulidiens et les implications épidémiologiques dans le contexte de la surveillance de l'onchocercose. L'étude spatio-temporelle des populations simulidiennes, dont la caractérisation a été faite à l'aide de 4 loci microsatellites, confirme l'existence d'importants mouvements simulidiens sur l'axe Mali - Guinée - Sierra Leone. L'emplois des sondes d'ADN pour identifier les parasites collectés chez le vecteur, montre que les infections véhiculées par les simulies migrantes sont surtout d'origine animale. A l'opposée, de la migration Sud-Ouest vers le Nord-Est, le mouvement inverse Nord-Est vers le Sud-Ouest n'a pas été suffisamment documenté. Les simulies qui redescendent, semblent dans certains cas s'installer de façon permanente dans les lieux où elles trouvent des conditions propices à leur sédentarisation, notamment les zones de transition forêt / savane. Nous avons mené à cet effet, une étude dans une zone de forte déforestation en Côte d'Ivoire sur le moyen Bandama: pour déterminer l'importance relative des espèces de vecteur (en saison sèche et en saison humide), identifier les souches du parasite aussi bien chez l'homme que chez le vecteur, pour explorer les associations vecteurs / parasites en condition naturelle. Nos résultats indiquent que les risques d'extension de l'onchocercose de savane y sont réels. Ces résultats montrent que les différents aspects évoqués dans cette étude sont à prendre en compte, pour une maîtrise durable de la maladie, voire son éradication à terme

  • Titre traduit

    Contribution to the entomological and epidemiological monitoring of onchocerciasis in West Africa


  • Résumé

    After 3 decades of continuous control of Onchocerciasis in West Africa, carried out by the OCP (Onchocerciasis Control Programs), this parasitic disease is no more a public health problem, nor an obstacle to socio-economic development. However, OCP never aimed eradication neither for the vector (Simulium damnosum s. L. ), nor for the parasite (Onchocerca volvulus), these components of the pathogenic system still remains. Contrary to the South and Central America onchocerciasis foci, onchocerciasis eradication is not possible with the currents tools of control which are vector control and chemotherapeutic control using Ivermectine. One of the obstacles to such eradication in West Africa is the capacity of the vector to migrate at long distances. This objective of the work is to contribute to a better knowledge of black flies movements and the epidemiological implications in the context of the monitoring of the onchocerciasis. The space-time study of the populations of black flies whose characterization was made using 4 microsatellites loci, confirms the existence of significant movements of this vector along Mali - Guinea - Sierra Leone axis. The uses of DNA probes to identify parasites collected from vector, shows that the infections carried by the migrant vectors are mainly animal’s parasites. Contrary to the South-western to North-Eastwards migration, the opposite movement North-eastern to South-westwards was poorly documented. The black flies which to south-westwards, seem in certain cases to settle permanently in areas where they find favourable conditions. These area are mainly forest/savannah transition zones. We made a study in an area of strong deforestation in Côte. D'ivoire in the middle Bandama : to determine the relative importance of the vector’s species (in dry season and wet season), also to identify the strains of the parasite in human as at the vector, to explore vector / parasite associations in natural condition. Our results indicate that the risks of extension of the severe form of the onchoceriasis are real there. The overall results taking together has to be taken into account, if we want to progress to a durable control of the disease, and possible eradication

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (X-234 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 207-222. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 2006.MON-137
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.