Caractérisation épitopique des anticorps anti-FVIII chez les patients hémophiles A traités par facteur anti-hémophilique

par Géraldine Lavigne

Thèse de doctorat en Biologie - Santé. Hématologie

Sous la direction de Jean-François Schved et de Sylvie Villard.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'hémophilie A congénitale est une maladie récessive, liée au chromosome X. Elle est due à un déficit en facteur VIII (FVIII) de la coagulation. Cette maladie touche en France un enfant de sexe masculin sur 5000. L'évolution de la maladie qui à ce jour ne bénéficie que de traitements substitutifs est émaillée par des complications hémorragiques le plus souvent non extériorisées. Les plus fréquentes sont les hémorragies ostéoarticulaires en particulier les hémarthroses qui grèvent lourdement le pronostic fonctionnel. La complication iatrogène, devenue le problème majeur de la prise en charge de ces patients, est l'apparition d'anticorps dirigés contre le FVIII perfusé. Ces anticorps désignés sous le nom d'inhibiteurs surviennent chez 10 à 30% des hémophiles, qui deviennent alors résistants aux thérapies de substitution. Parallèlement à ces inhibiteurs qui interfèrent avec l'activité coagulante du FVIII plusieurs études rapportent l'existence d'anti-FVIII sans activité inhibitrice. Ceux-ci dirigés contre des épitopes dit "non fonctionnels" pourraient réduire la stabilité du FVIII ou modifier son catabolisme. La présence de tels anticorps pourrait expliquer la demi-vie réduite du FVIII transfusé observée après administration à certains patients hémophiles chez lesquels les inhibiteurs sont pourtant indétectables. Dans une première partie, nous avons produit et caractérisé des anticorps monoclonaux humains dirigés contre le domaine B du FVIII, en vue d'élucider leur mécanisme d'action. Trois d'entre eux ont été caractérisés au niveau moléculaire. Un mécanisme d'action a été proposé. L'anticorps monoclonal humain 8E3 semble interférer in vitro sur la liaison du vWF au FVIII. Nous avon ensuite étudié dans une cohorte de patients hémophiles la prévalence de ces anticorps qui n'ont pas d'action inhibitrice, et qui ne sont pas détectés par la technique Bethesda. Pour cela, nous avons opté pour une technique ELISA qui met en évidence la liaison de tous les anticorps dirigés contre le FVIII, les inhibiteurs comme les anti-FVIII "non fonctionnels". Nous avons mis au point cette technique de détection des anti-FVIII pour étudier une population de 93 patients hémophiles. Dans cette population, la prévalence des anticorps "non fonctionnels" est de 8,6% et ils sont tous dirigés contre le domaine B. Nous avons donc démontré que notre technique ELISA pouvait être intéressante, notamment dans les sous-groupes de patients sans inhibiteur, pour chercher d'autres anticorps anti-FVIII présents dans leur plasma. Dans une deuxième partie, nous avons mis au point un test rapide permettant de déterminer la répartition épitopique des anticorps anti-FVIII chez les hémophiles. En effet, si la technique ELISA est une sensible et reproductible elle est consommatrice en échantillons si l'on veut cartographier simultanément tous les épitopes cibles des anti-FVIII chez un patient. Nous avons donc mis au point une technique permettant de caractériser les épitopes cibles des anticorps allo-anticorps et auto-anticorps basée sur la technique Luminex. Cet outil présente l'avantage d'être rapide et peu consommateur de plasma. En effet, les premiers résultats nous permettent d'envisager cette technique pour caractériser les profils épitopiques des inhibiteurs de patients et de suivre leur évolution dans le temps. L'objectif de notre travail sera de valider cette technique sur une population plus importante de patients et de rechercher une relation entre le traitement utilisé (FVIII recombinant ou plasmatique) et le profil épitopique de l'inhibiteur. Cet outil pourrait alors devenir une aide précieuse comme marqueur prédictif d'efficacité d'un traitement chez un patient traité par exemple par du FVIII plasmatique contenant du facteur de Von Willebrand (spécificité épitopique pour le domaine C2 ou la région a3).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (201 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 174-197

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Médecine-Unité pédagogique médicale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TU 2006.MON-15
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TU 2006.MON-15
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 7629
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.