La théorie évolutive de la connaissance. La relation phylogénétique de la représentation à l'objet

par Adrianna Wozniak

Thèse de doctorat en Philosophie de la biologie

Soutenue en 2006

à Lyon 3 en cotutelle avec l'Uniwersytet Wrocławski .


  • Résumé

    I examine the hypothesis that there exist synthetic a priori (innate), not available for the agent's control, Phylogenetically Acquired Representations (PAR), that have their origin in the causal, selective relations between the organism and some factors from its phylogenetic environment; the adaptative genesis of PAR would provide them the status of knowledge. The validity of this hypothesis is analysed in confrontation with the major tenets of the Modern Synthesis, such as the concept of the gene and of the genetic causation; the concept of the unit of selection; the concept of the species; the concepts of information and of innateness. I examine the metaphysical suppositions underlying taxonomical practice. I introduce the Relativist Theory of Evolution, inspired by the theory of evolutionary constructivism (by R. Lewontin) and by the Theory of Niche Construction (by J. Odling-Smee), breaking with externalist models of the relation environment/organism of the Modern Synthesis.


  • Résumé

    Dans ma thèse j'examine l'hypothèse affirmant qu'il existe des représentations synthétiques a priori (innées), non accessibles au contrôle du sujet (Représentations Acquises Phylogénétiquement, RAP), et que ces représentations proviennent de relations causales sélectives entre l'organisme et certains facteurs de l'environnement phylogénétique; la genèse adaptative des RAP leur procurerait le statut de connaissance. La validité de cette hypothèse est analysée à travers l'étude critique des concepts principaux de la Théorie Synthétique de l'Evolution, tels que le concept du gène, de la causalité génétique, de l'unité de sélection, de l'espèce ; le concept de l'information ; le concept de l'inné. J'examine des suppositions métaphysiques sous-tendant la pratique taxinomique. Enfin, j'introduis la Théorie Relativiste de l'Evolution, inspirée par la théorie du constructivisme évolutif (R. Lewontin) et par la théorie de la construction de niche (Niche Construction de J. Odling-Smee), rompant avec la modélisation externaliste de la relation environnement/organisme propre à la Théorie Synthétique de l'Evolution.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 273-285

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LSHS (Lyon).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GF 00246
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.