L'Ecrit dans la ville : Espaces, échanges et identités à Lyon au XVIIe siècle

par Anne Béroujon

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Françoise Bayard.

Soutenue en 2006

à Lyon 2 .


  • Résumé

    L'écart propre à l’époque moderne entre l’expansion des formes écrites dans la ville et la maîtrise inégale des compétences de lecture et d’écriture invite à s’interroger sur le rapport entre l’écrit et la société urbaine. La présente démarche vise à comprendre les appropriations de l’écrit, la pluralité de ses interprétations et de ses usages. A Lyon, au XVIIe siècle, période considérée comme celle de l’entrée dans l’écrit (accroissement de l’enregistrement et du contrôle, inflation paperassière, constitution d’archives par les institutions), quels sont les usages de l��écrit, de quels statuts symboliques est-il investi ? L’accès croissant des individus à l’écrit, qu’il faut analyser précisément (temps, lieux, logiques de la diffusion selon les formes écrites) induit des changements, que l’on peut suivre selon trois perspectives. Inscrit dans un lieu, l’écrit a d’abord des effets sur l’appréhension de l’espace, que ce soit l’espace graphique, l’espace de l’édifice où il est inséré, de l’objet qui le supporte, ou l’espace de la ville. Il transforme ensuite les modalités des échanges marchands en s’imposant dans les transactions économiques les plus courantes, qui contribuent à familiariser la population urbaine avec son maniement. Il est enfin au cœur de la constitution d’une culture, culture de groupe ou d’individu, et des phénomènes identitaires qui l’accompagnent. Ces trois axes privilégient chaque fois des formes écrites différentes, pour certaines ancrées dans des traditions bibliographiques, écrits exposés, papiers, livres et ego-documents, correspondant aux modalités de leur appréhension (exposition, circulation, conservation).


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Writings in the town : Spaces, relations and identities in Lyon in the seventeenth century


  • Résumé

    This thesis attempts to approach the relationships between an urban population and literacy at a time characterised by an increase of writings and a resort even more important to writings (development of scribal proofs in justice, “bureaucratization”, constitution of public archives). The gap between the capacity of reading and writing (which concerns a few persons) and the writing forms’ expansion is the key of our investigation. In the seventeenth century, in the big town of Lyon, there are many ways to measure the inflation of writings and to understand their appropriations. First, we try to see how epitaphs, house names, shop signs, permanent and temporary inscriptions are surrounding the city, how the institutions (and principally the Municipality) product rules and resort to literate men like Jesuits to mark their names on Lyon’s walls and buildings and to catch the power of the urban signs and doing so, how they contribute to create a public sphere. Then, we examine the question of the usual writings, contracts, receipts, economic and judiciary documents, which the common population is compelled to deal with. The trials of thefts of papers and of false documents inform about the appearance of a scribal proof’s economy. At least, we question the social and cultural identity’s build-up by the possession of printed books and by the act of writing (“ego-documents”).

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par PUG à Grenoble

Les écrits à Lyon au XVIIe siècle : espaces, échanges, identités


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (622 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Sources p. 565-584 et bibliogr. p. 585-618

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par PUG à Grenoble

Informations

  • Sous le titre : Les écrits à Lyon au XVIIe siècle : espaces, échanges, identités
  • Dans la collection : ˜La œPierre et l'écrit
  • Détails : 1 vol. (493 p.-[16] p. de pl.)
  • ISBN : 978-2-7061-1549-3
  • Annexes : Bibliogr. p. 445-488. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.